Le livre du sociologue George William Domhoff : « Bohemian Grove et autres retraites : une étude sur la cohésion des classes dirigeantes »

VEUILLEZ PRENDRE EN NOTE : Au cas où je serais éventuellement banni du réseau Twitter (près de 12 000 abonnés), je vous invite à vous inscrire sur la plateforme VKontakte (VK). Voici ma page personnelle (plus de 7 740 abonnés) : https://vk.com/guy.boulianne.

J’ai récemment fait l’acquisition de l’édition originale de l’essai de sociologie écrit par George William Domhoff, intitulé “Bohemian Grove and Other Retreats: A Study in Ruling-Class Cohesiveness” (Bohemian Grove et autres retraites : une étude sur la cohésion des classes dirigeantes). Ce livre fut publié une première fois en 1975 par l’éditeur américain Harper & Row, Publishers, Inc. L’auteur offre gracieusement son livre en téléchargement sur son site internet. Vous pouvez aussi le lire en ligne en cliquant sur ce lien (en anglais). G. William Domhoff (né le 6 août 1936) est un professeur émérite distingué et professeur de recherche en psychologie et sociologie à l’Université de Californie à Santa Cruz, et membre fondateur du corps professoral du Cowell College de l’UCSC. Il est surtout connu comme l’auteur de plusieurs livres de sociologie à succès, dont “Who Rules America ?” et ses six éditions ultérieures (1967 à 2014).

George William Domhoff

Son livre “Who Rules America ?” (Qui gouverne l’Amérique ?), publié en 1967 en tant que best-seller (#12), est fréquemment considéré comme un manuel de sociologie et documente la dangereuse concentration du pouvoir et de la richesse dans la classe supérieure américaine. Des éditions plus récentes ont mis la discussion à jour et incluent la montée de Barack Obama, ses partisans du financement de campagne et la nature de son administration. Domhoff soutient dans le livre qu’une élite de pouvoir exerce le pouvoir en Amérique grâce à son soutien aux groupes de réflexion, aux fondations, aux commissions et aux départements universitaires. Dans son introduction, Domhoff écrit que le livre a été inspiré par le travail de quatre hommes : les sociologues E. Digby Baltzell, C. Wright Mills, l’économiste Paul Sweezy et le politologue Robert A. Dahl. L’Université de Californie à Santa Cruz accueille le site Internet de Who Rules America? de Domhoff.

Comme son titre l’indique, le livre “Bohemian Grove and Other Retreats” se concentre sur le « Bohemian Grove», un terrain de camping de 11 km2 situé au 20601 Bohemian Avenue à Monte Rio en Californie aux États-Unis. Il appartient à un club privé basé à San Francisco connu sous le nom de Bohemian Club. À la mi-juillet chaque année, le Bohemian Grove accueille un campement de plus de deux semaines de certains des hommes les plus puissants du monde. Les membres tous masculins du Bohemian Club comprennent des artistes et des musiciens, ainsi que de nombreux chefs d’entreprise de premier plan, des représentants du gouvernement, d’anciens présidents américains, des cadres supérieurs des médias et d’autres hommes de pouvoir. Les membres peuvent également inviter des amis au campement. Les invités peuvent aussi bien venir aux « Spring Jinks » de juin ou pour le campement principal en juillet. Les membres du Bohemian Club peuvent planifier des événements privés d’un jour au camping, tant qu’il n’est pas utilisé par le club, et ils sont autorisés à ces moments-là à amener leur conjoint, leur famille et leurs amis, bien que les invités de sexe féminin et mineurs doivent partir de la propriété à 21 ou 22 h.

La devise du club est « Weaving spiders come not here » (« Araignées qui tissez, ne venez pas ici »), un vers extrait de la scène 2 du deuxième acte du Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare, que l’on doit entendre comme un interdit signalé aux membres, celui de ne pas aborder au sein de la confrérie les sujets relatifs aux affaires, aux réseaux d’intérêts, aux combines. Le club est donc un lieu de détente, du moins était-il conçu ainsi au départ. Lorsqu’ils sont rassemblés en groupes, les Bohémiens adhèrent généralement à l’injonction, bien que les discussions sur les affaires se déroulent souvent à deux. D’importants accords politiques et commerciaux sont conclus au Grove. Le Grove est particulièrement célèbre pour la réunion de planification du Projet Manhattan qui s’y est tenue en septembre 1942 et qui a conduit à la bombe atomique. Parmi les participants à cette réunion figurent Ernest Orlando Lawrence, Robert Oppenheimer, les chefs du comité consultatif pour l’uranium, tels que les présidents de Harvard, de Yale et Princeton, ainsi que les représentants de Standard Oil et de General Electric, accompagnés par divers responsables militaires. Alexander Shoumatoff écrivait dans le Vanity Fair :

« Le campement est plus une éruption d’alcool et une opportunité de créer des liens qu’une table ronde sérieuse comme Davos, bien qu’il y ait une série de pourparlers au bord du lac qui éclairent sur ce que le gouvernement a dans sa manche pour l’année à venir. »

Dans son article publié en avril 2005, intitulé “Social Cohesion & the Bohemian Grove” (Cohésion sociale et bosquet de Bohême), le sociologue G. William Domhoff estime que le Bohemian Club fait partie d’une culture de cohésion de la classe sociale dominante américaine. Il lui dénie toute intention complotiste, expliquant que ce club n’est là que pour le délassement des élites et leur cohésion. Pourtant, Philip Weiss qui a passé sept jours dans le campement en se faisant passer pour un invité, écrit dans le magazine SPY que « la réputation de prostitution règne autour du bosquet. De temps en temps, les forces de l’ordre ont tenté en vain d’engager des poursuites contre des proxénètes locaux, et le Bohemian Grove Action Network fait circuler les témoignages d’une ancienne maîtresse rémunérée d’un membre du club. » L’une de ces victimes n’est autre que Cathy O’Brien dont le témoignage englobe une dénonciation de l’abus sexuel ritualisé sataniste et du club privé Bohemian Club. Parmi les personnes citées qu’elle désigne comme liées au projet Monarch par leur utilisation des esclaves sous lavage de cerveaux on peut nommer : Ronald Reagan, Miguel de la Madrid, Robert Byrd, Dick Cheney, Gerald Ford, Michael Aquino, Alan K. Simpson et Pierre Elliott Trudeau. Elle écrit dans son livre “TRANCE Formation of America” :

« J’ai été programmée et équipée pour fonctionner dans toutes les pièces de Bohemian Grove afin de compromettre des objectifs spécifiques du gouvernement en fonction de leurs perversions personnelles. « N’importe quoi. n’importe quand. n’importe où avec n’importe qui » était mon mode de fonctionnement au Grove. Je ne prétends pas comprendre la pleine fonction de ce terrain de jeu politique car ma perception était limitée à mon propre domaine d’expérience. Ma perception est que Bohemian Grove sert ceux qui inaugurent le Nouvel Ordre Mondial par le biais du contrôle mental, et se compose principalement des plus hauts responsables de la mafia et du gouvernement américain. »

Deanna Spingola écrit dans son livre “The Ruling Elite : The Zionist Seizure of World Power” que « les francs-maçons ont infiltré le Bohemian Club » (page 89). Le 15 juillet 2000, Alex Jones et son caméraman Mike Hanson entrèrent clandestinement dans le Bohemian Grove et tournèrent des images de la cérémonie de Crémation des Soins. Alex Jones prétend qu’il s’agit d’un « sacrifice rituel ». À partir de ces images, le réalisateur de documentaires Jon Ronson produit l’épisode “The Satanic Shadowy Elite?”, dans lequel il qualifie le rituel de « fête fraternelle dégénérée », tandis que Alex Jones produit le documentaire “Dark Secrets Inside Bohemian Grove”, décrivant ce qu’il pense être des rituels sataniques.

Bientôt, je vous parlerai du livre de Mike Hanson, “Bohemian Grove: Cult of Conspiracy” (Bohemian Grove : Culte de la conspiration), qui donne un point de vue différent de celui de Domhoff. Mike Hanson écrit : « Fermé au public, bouclé par des hélicoptères, une force de sécurité privée et des gardes armés, il ne fait aucun doute que sans les regards indiscrets du public sur eux, l’élite au pouvoir peut s’engager dans toutes les activités qu’elle souhaite au Bosquet. Qu’il s’agisse d’élaborer des politiques en secret, de danser en traînant, de tromper leurs femmes avec des prostituées, de prendre de la drogue, de pratiquer la magie noire ou même de commettre un meurtre, l’isolement immaculé de Bohemian Grove offre une couverture pratique pour tout acte immoral, illégal ou comportement “non gentleman” que l’on désire. »


Cohésion sociale et bosquet de Bohême

L’élite du pouvoir au camp d’été, par G. William Domhoff

Spy Magazine November 1989

Le Bohemian Grove est un bosquet de séquoias vierges de 2 700 acres dans le nord de la Californie, à 75 miles au nord de San Francisco, où les riches, les puissants et leur entourage se rendent visite au cours des deux dernières semaines de juillet tout en campant dans cabanes et tentes.

C’est un Elks Club pour les riches ; une fête de fraternité dans les bois; un camp de scouts pour les vieux, avec une cérémonie d’initiation et un animal totem, la chouette. Il appartient au Bohemian Club, qui a été fondé à San Francisco en 1872. Les Bohémiens ont commencé leur petite retraite peu de temps après la fondation du club ; il est devenu important dans les années 1880, et il continue aujourd’hui.

Cependant, ce n’est pas un lieu de pouvoir. C’est un endroit où les puissants se détendent, profitent de la compagnie des autres et apprennent à connaître certains des artistes, animateurs et professeurs qui sont inclus pour donner à l’occasion un mince vernis de prétention culturelle et intellectuelle. Malgré les soupçons de beaucoup à droite et de quelques-uns à gauche, ce n’est pas un lieu de rencontre secret pour comploter, planifier ou conspirer. Les décisions les plus importantes se produisent généralement là où on pourrait s’y attendre : dans les conseils d’administration des entreprises et des fondations, à la Maison Blanche et dans les coulisses du Congrès. Oui, comme je le montrerai plus tard, certains politiciens républicains en herbe visitent parfois le Bohemian Grove, y compris les futurs et anciens présidents des États-Unis, mais ils sont là pour démontrer à quel point ils sont des êtres humains merveilleux,

Les lecteurs qui soupçonnent que chaque rassemblement de riches et de puissants a un objectif plus profond peuvent douter de cette affirmation, au moins jusqu’à ce qu’ils voient mes preuves. Pour ceux qui pourraient encore remettre en question mes conclusions après avoir lu cet article, je recommande de lire un excellent récit de première main du Bohemian Grove par un journaliste du magazine Spy qui s’est faufilé dans le campement en 1989 ; l’auteur avait tout intérêt à le dire exactement comme il l’avait vu. Plus récemment, un journaliste de Vanity Fair s’est faufilé dans le Grove pendant le campement de 2008 pour enquêter sur les activités d’exploitation forestière ainsi que sur les événements habituels, et ses expériences sont résumées dans un article de mai 2009 intitulé « Bohemian Tragedy ».

En fait, tous ceux qui ont écrit sérieusement sur le Bohemian Grove sont d’accord : même s’ils fournissent la preuve qu’il existe une classe supérieure socialement cohérente aux États-Unis, les activités au Grove sont inoffensives. Le campement de Grove est un groupe de gars qui plaisantent, boivent avec leurs copains et essaient de revivre leur jeunesse, et agissent souvent de manière très stupide. Ces activités contribuent à la cohésion sociale en tant que conséquence involontaire — c’est pourquoi j’ai décidé d’étudier les Bohémiens en premier lieu — mais le bosquet n’est qu’un terrain de jeu pour les puissants et leurs artistes qui nous donne une fenêtre sur un mode de vie qui est loin éloigné de celui des Américains moyens.

Preston Hotchkis, Ronald Reagan , Harvey Hancock (debout), Richard Nixon , Glenn T. Seaborg , Jack Sparks, Kevin Zinter, individu non identifié, Edwin W. Pauley
Été 1967 au camp Owls Nest du Bohemian Grove. Nous pouvons distinguer autour de la table, de gauche à droite : Preston Hotchkis, Ronald Reagan, Harvey Hancock (debout), Richard Nixon, Glenn T. Seaborg, Jack Sparks, Kevin Zinter, individu non identifié, Edwin W. Pauley.

Encore une fois, à quoi ça sert ?

Bohemian Grove

Pour essayer d’éviter toute distorsion possible de ce récit, il vaut la peine de s’étendre sur ce dont il s’agit du point de vue de la Recherche sur la structure du pouvoir.

Le Bohemian Grove, et d’autres points d’eau et clubs sociaux, sont pertinents pour l’étude du pouvoir parce qu’ils sont la preuve de la cohésion de classe qui est une condition préalable à la domination de classe. Ils sont importants en termes de cohésion de classe de deux manières.

Premièrement, le fait même que des hommes riches de tout le pays se rassemblent dans des circonstances aussi étroites que le bosquet de Bohême est la preuve de l’existence d’une classe supérieure socialement cohérente. Cela démontre que beaucoup de ces hommes se connaissent, qu’ils ont des communications en face à face et qu’ils sont un réseau social. En ce sens, nous examinons le Bohemian Grove et d’autres retraites sociales en tant que résultat de processus sociaux qui conduisent à la cohésion de classe. Mais de telles institutions peuvent aussi être considérées comme des facilitateurs de lien social. Une fois formés, ces groupes deviennent une autre voie par laquelle la cohésion de la classe supérieure est maintenue.

Une deuxième raison pour souligner l’importance des retraites et des clubs comme le Bohemian Grove est un corpus de recherche en psychologie sociale qui traite de la cohésion de groupe. La « dynamique de groupe » suggère ce qui suit à propos de la cohésion :

  1. La proximité physique est susceptible d’engendrer une solidarité de groupe. Ainsi, le simple fait que ces hommes se réunissent dans des cadres physiques intimes comme le Bohemian Grove implique que la cohésion se développe. (Le même argument peut être fait, bien sûr, à propos des quartiers exclusifs, des écoles privées et des stations balnéaires coûteuses.)
  2. Plus les gens interagissent, plus ils s’apprécient. Ce n’est pas une découverte profonde, mais nous pouvons noter que le Bohemian Grove et d’autres clubs sociaux maximisent les interactions personnelles.
  3. Les groupes considérés comme ayant un statut élevé sont plus cohésifs. Le Bohemian Club rentre dans la catégorie d’un groupe de haut rang. En outre, ses conditions d’adhésion strictes, ses longues listes d’attente et ses cotisations élevées contribuent également à accroître sa valorisation aux yeux de ses membres. Les membres sont susceptibles de se considérer comme des personnes « spéciales », ce qui augmenterait leur attrait les uns pour les autres et augmenterait la probabilité d’interaction et de cohésion.
  4. La meilleure atmosphère pour accroître la cohésion du groupe est celle qui est détendue et coopérative. Encore une fois, le Bohemian Grove et d’autres clubs sociaux sont des exemples idéaux de ce genre de climat. Du point de vue de la dynamique de groupe, alors, nous pouvons soutenir que l’une des raisons de la cohésion de la classe supérieure est le fait que la classe est organisée en une grande variété de petits groupes qui encouragent l’interaction face à face et assurent le statut et la sécurité des membres. Il ne suffit pas que les gens soient capitalistes. En tant qu’êtres humains imparfaits, ils doivent arriver à se faire confiance et apprendre à travailler ensemble.
  5. Enfin, l’une des principales conclusions de la littérature sur la dynamique de groupe en termes de recherche sur la structure du pouvoir : la cohésion sociale est utile pour parvenir à un accord lorsque des problèmes sont introduits dans des groupes expérimentaux pour résolution. C’est-à-dire que la cohésion sociale aide au développement de la cohésion politique, qui est le mantra de cette section du site. Mais cela ne rend pas la cohésion politique automatique — c’est pourquoi la classe supérieure et la communauté des entreprises ont également développé un vaste réseau de planification politique.
The Bohemian Grove - Map

À propos de George William Domhoff

G. William Domhoff

G. William Domhoff, surnommé « Bill », est professeur émérite distingué et professeur de recherche à l’Université de Californie à Santa Cruz. Il a obtenu son BA à l’Université Duke en 1958, sa maîtrise à la Kent State University en 1959 et son doctorat à l’Université de Miami en 1962. Il enseigne à l’Université de Californie, Santa Cruz, depuis 1965. En juillet 1993, il est promu professeur distingué, et en juillet 1994, il profite d’une opportunité inattendue pour une retraite afin qu’il puisse consacrer plus de temps à la recherche tout en enseignant un ou deux cours par an.

Quatre de ses livres figurent parmi les 50 meilleurs vendeurs en sociologie des années 1950 à 1995 : “Who Rules America ?” (1967, #12); “The Higher Circles” (1970, #39); “The Powers That Be” (1979, #47); et “Who Rules America Now?” (1983, n° 43).

Plus récemment, il est l’auteur de “The Corporate Rich and the Power Elite in the Twentieth Century : How They Won and Why Labor and Liberals Lost” (2020) ; “Diversity in the Power Elite” (3e éd., 2018, avec Richard L. Zweigenhaft) ; “Qui gouverne l’Amérique ? Le triomphe des riches d’entreprise” (7e éd., 2014); “Le mythe de l’ascendance libérale : la domination des entreprises de la Grande Dépression à la Grande Récession” (2013) ; “Les nouveaux PDG” (2011, avec Richard L. Zweigenhaft) ; “Classe et pouvoir dans le New Deal” (2011, avec Michael Webber) ; et “La ville la plus à gauche” (2009, avec Richard Gendron).

En 2007, Bill a reçu le Constantine Panunzio Distinguished Emeriti Award de l’Université de Californie, qui honore les contributions post-retraite des membres du corps professoral de l’Université de Californie.

En avril 2013, les recherches de Bill ont fait l’objet d’une séance plénière lors de la conférence annuelle de l’Urban Affairs Association. Pour une liste complète des publications de Bill en sociologie, cliquez ici. Pour les coordonnées, cliquez ici.


Je vous invite à consulter et à télécharger ci-dessous l’article de Rick Clogher, intitulé : « Weaving Spiders, Come Not Here – Bohemian Grove: Inside the Secret Retreat of the Power Elite » (Mother Jones,‎ août 1981, pp. 28 à 35) et l’article de Philip Weiss, intitulé : « Masters of the Universe Go to Camp: Inside the Bohemian Grove » (Magazine Spy,‎ novembre 1989).

VIDÉO CI-HAUT : Le 26 octobre 2007, à Minneapolis, Bill Clinton est abordé durant un discours par un inconnu prétendant que les attentats du 11 septembre 2001 sont une imposture, il mentionne et accuse le Bohemian Club. Clinton rejette immédiatement l’idée que le 11 septembre soit une imposture et ajoute sarcastiquement : « Avez-vous dit le Bohemian Club ? C’est là que tous ces riches républicains vont et posent nus devant des arbres, n’est-ce pas ? Je ne suis jamais allé au Bohemian Club mais vous devriez. Cela vous ferait du bien, vous y prendriez du bon air ». L’individu fut expulsé par le service de sécurité.



« C’est un réel plaisir de voir que le mouvement pour la Vérité, la Santé et l’Humanité se fait de plus en plus Fort et Universel grâce aux apports et contributions et de Mr Guy Boulianne. Ce sera un dur labeur de longue haleine, un concours, que l’Humanité gagnera, pour sûr. »

Birame BOYE

« Merci Guy d’avoir condensé toutes les informations, les lectures, les vidéos et les livres sur le sujet. Cela en donne une vision très précise de ce qui nous attend. Un travail de moine. »

Marie Claire Tellier

« L’honnêteté intellectuelle de Monsieur Boulianne fait que justement il est crédible, et quand il avance un fait, c’est qu’il l’a vérifié lui-même. »

Jean Ronchiato