Comment une entreprise obscure liée à l’Armée populaire de libération (APL) de la Chine s’est installée en Colombie-Britannique (Canada)

Ce texte des journalistes Sam Cooper et Doug Quan fait suite aux trois articles précédents publiés sur ce site internet, c’est-à-dire « Révélations Choc — Le Parti communiste chinois déploie les troupes de l’Armée populaire de libération (APL) en Colombie-Britannique » (16 octobre 2020), « Soutenue par le Parti communiste chinois, une construction industrielle à Surrey, en Colombie-Britannique, suscite des inquiétudes nationales » (21 octobre 2020) et « Les Poly Papers, ou Comment le gouvernement libéral de la Colombie-Britannique a déroulé le tapis rouge à China Poly Group Corporation, une branche de l’Armée populaire de libération » (22 octobre 2020).

[Par Sam Cooper et Doug Quan] Un soir au centre-ville de Vancouver en novembre 2016, certains membres de l’élite politique et commerciale de la Colombie-Britannique ont côtoyé les dirigeants de l’une des plus grandes sociétés d’État chinoises, China Poly Group. Ils fêtaient le lancement d’une galerie d’art boutique par l’une des nombreuses filiales de China Poly, Poly Culture Group, qui exploite la troisième plus grande maison de vente aux enchères au monde.

Sous l’œil vigilant de la police de Vancouver en tenue tactique, les participants ont admiré quatre rares têtes de zodiaque en bronze — un tigre, un singe, un bœuf et un cochon — qui ornaient autrefois le palais d’été de Pékin. C’était la première fois que ces reliques culturelles — pillées après la destruction du palais par les forces britanniques et françaises en 1860 — étaient exposées hors de Chine depuis leur rapatriement.

L’ouverture d’une galerie et d’un siège social nord-américain ici par Poly Culture a été le point culminant d’intenses courtisans en coulisses par des politiciens locaux — en particulier la députée libérale Teresa Wat, alors ministre du Commerce international de la Colombie-Britannique — et a été salué dans les documents gouvernementaux comme une victoire économique majeure et « un jour important pour la Colombie-Britannique dans ses relations avec la Chine ».

Mais à un moment où l’examen des investissements étrangers par le Canada fait l’objet d’un examen de plus en plus minutieux — comme dans le cas d’Anbang, une société d’assurance à la structure opaque ayant des liens avec les principales familles chinoises et des personnalités militaires — les questions abondent sur les plans d’investissement à long terme de Poly Culture et China Poly Group, une entreprise aux racines militaires profondes et au passé controversé.

Fondé au début des années 1990, China Poly Group compte 95 milliards de dollars d’actifs, selon le magazine Fortune, et 76 000 employés dans 100 pays. Elle opère dans de nombreuses industries, notamment les armes et les explosifs, le développement immobilier, les arts et la culture, la construction d’infrastructures et l’extraction des ressources. La structure organisationnelle opaque de l’entreprise a conduit à s’interroger sur la manière dont ses différentes entités interagissent et qui en est responsable. Un article du New York Times de 2013 a déclaré que les experts chinois n’étaient pas sûrs de « comment Poly fonctionne en tant que société, comment le pouvoir est partagé en interne, à qui ses dirigeants sont vraiment responsables ou comment ses revenus et ses avantages sont distribués ».

Au milieu des années 90, sa division des armes, Poly Technologies, a fait l’objet d’une enquête dans le cadre d’une vaste affaire internationale de contrebande d’armes aux États-Unis. En 2013, le gouvernement américain a sanctionné la division, alléguant qu’elle violait des articles de la loi sur la non-prolifération en Iran, en Corée du Nord et en Syrie. Les États-Unis ont mis fin à leurs sanctions contre Poly Technologies en 2015.

Des centaines de documents gouvernementaux provinciaux et canadiens obtenus par Postmedia dans le cadre de demandes d’accès à l’information montrent que certains responsables canadiens ont été alertés en 2016 par un rapport des médias mettant en évidence des accusations selon lesquelles China Poly a « acquis la réputation de contourner les règles » et de « fournir des armes aux despotes ». Mais ce rapport médiatique ne semble pas donner de répit aux responsables alors que Poly Culture a finalisé son projet de s’installer à Vancouver.

Les notes d’information montrent que si un journaliste interrogeait Wat sur les activités de défense de China Poly Group, on lui a conseillé de dire que son entrée sur le marché de la Colombie-Britannique était « exclusivement » à des fins artistiques et culturelles. Mais d’autres documents obtenus par Postmedia ont montré que le mandat de Poly Culture en Colombie-Britannique comprend la « délimitation » des opportunités d’investissement et d’éventuelles transactions immobilières.

Les experts en sécurité nationale disent que les responsables canadiens devraient procéder avec prudence. « Les Canadiens en général, y compris tous les gouvernements et le secteur privé, devraient traiter nos relations avec la Chine et les entreprises chinoises différemment de ce que nous faisons avec les entreprises d’autres pays », a déclaré Richard Fadden, directeur du Service canadien du renseignement de sécurité de 2009 à 2013, dans un courriel. Sans se référer spécifiquement à China Poly Group, Fadden a déclaré que les entreprises chinoises étaient plus susceptibles de « préparer quelque chose que nous n’approuverions pas » que « pratiquement n’importe quel autre pays ». « Je suggère qu’une plus grande diligence raisonnable est justifiée », a déclaré Fadden.

Postmedia a demandé à Wat — qui a jugé le lancement de Poly Culture en Colombie-Britannique si important qu’elle a exhorté la première ministre de l’époque, Christy Clark, à prendre le temps de rencontrer le président de la société mère — de s’asseoir pour une entrevue pour cette histoire. Wat, qui était à l’époque la porte-parole libéral de la Colombie-Britannique en matière de commerce, a plutôt demandé des questions par courriel.

Dans une réponse qui ne répondait pas aux questions détaillées posées sur les antécédents de China Poly Group et son rôle dans le processus de transaction, Wat a déclaré : « En ma qualité de ministre du Commerce international de la Colombie-Britannique, je rencontrais régulièrement des entreprises locales et internationales. … Poly Culture Group est l’une des nombreuses entreprises avec lesquelles j’ai eu des réunions et des conversations dans le cadre de ces efforts. »

Les représentants de Poly Culture North America n’ont pas répondu aux questions écrites pour discuter de ses projets actuels et futurs au Canada, invoquant la nécessité d’obtenir l’approbation de la société mère à Beijing. Mais plus tôt dans l’année, ils ont déclaré à Postmedia qu’ils avaient hâte de contribuer au développement économique et à la prospérité culturelle entre le Canada et la Chine.

Selon eux, Poly Culture respectera toujours les lois et « maintiendra les normes élevées de pratiques commerciales du Canada ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La cour commence

Les archives montrent que le chemin du groupe China Poly vers la Colombie-Britannique a commencé en 2014 lorsque Wat a rencontré le directeur général de Poly Culture, Jiang Yingchun, lors d’une réunion « animée par la Bank of China à Vancouver ». Au début de 2015, Poly Culture s’est enregistrée en tant qu’entreprise en Colombie-Britannique et a finalement établi un siège social temporaire à Richmond, dans le même immeuble de bureaux et au même étage que le bureau de circonscription de Wat.

Lors d’une mission commerciale au printemps 2015 en Chine, Wat a visité le Poly Art Museum de Shenzhen. En novembre de la même année, Wat et la première ministre de l’époque, Christy Clark, ont visité le siège social de China Poly Group à Pékin — un gratte-ciel de 110 mètres doté d’un énorme mur rideau de verre et d’une empreinte triangulaire. L’article du New York Times de 2013 soulignait le fait nouveau que les visiteurs de l’imposante tour de Poly pouvaient « acheter une peinture au troisième étage ou un système de missiles le 27 ».

La visite de Clark et Wat n’incluait pas le 27e étage, selon leur itinéraire. Cependant, cela s’est terminé par une visite dans la salle de cérémonie du 29e étage pour assister à la signature d’un protocole d’entente entre Poly Culture et HQ Vancouver, le bureau financé par les gouvernements provincial et fédéral qui a joué un rôle dans l’arrivée de plusieurs entreprises chinoises à Vancouver. « Nous parlons souvent de nos liens commerciaux et de leur importance. Eh bien, nos liens culturels sont tout aussi importants », a déclaré Clark dans une vidéo YouTube publiée à l’époque.

Le même mois, Jimmy Mitchell, vice-président d’AdvantageBC, un programme de remboursement d’impôt provincial peu connu, a envoyé un courriel aux dirigeants de Poly Culture pour les informer que lui et le président d’AdvantageBC, Colin Hansen, se rendraient à Pékin et souhaitaient « approfondir notre discussion sur la planification commerciale continue de Poly Culture pour l’Amérique du Nord via Vancouver. » Les dirigeants de Poly Culture ont accepté de se rencontrer, selon les archives.

Mitchell a refusé de parler à Postmedia de cette réunion ou de réunions ultérieures. Hansen n’a pas répondu à une demande d’entrevue. Postmedia a déjà signalé des inquiétudes concernant le fait que les contribuables de la Colombie-Britannique subventionnent des sociétés extraterritoriales par le biais du programme AdvantageBC, tandis que les directeurs de programme refusent d’identifier quelles sociétés ont obtenu des avantages fiscaux.

Poly Culture avait précédemment informé Postmedia qu’elle n’avait reçu aucun crédit d’impôt d’AdvantageBC, mais n’avait pas répondu aux questions supplémentaires pour cette histoire.

Le Président et le Général

Les racines du groupe China Poly peuvent être directement attribuées à Deng Xiaoping, le dirigeant communiste chinois de la fin des années 1970 aux années 1990, à qui on attribue des réformes qui ont déclenché un boom de richesse sans précédent dans le pays. Le gendre de Deng, He Ping, ancien général de l’armée, a été nommé directeur général du China Poly Group lors de sa création en 1992. Aujourd’hui, il est président d’honneur et sur les photos de l’entreprise, il peut être vu à côté du président actuel, Xu Niansha.

Ancien capitaine de la marine chinoise et promoteur immobilier, Xu est également membre du comité des affaires étrangères du principal organe consultatif politique chinois, le Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois.

Des slogans et des images symboliques figurent en bonne place sur le site Web de China Poly Group. Une affiche montre un ruban rouge passant devant la roue d’un bateau vers une grande main qui place des pièces circulaires en noir et blanc sur différentes parties du globe. C’est une représentation de Go (围棋 / 圍棋), un ancien jeu de stratégie chinois dans lequel le but est d’acquérir des terres et d’entourer les marqueurs territoriaux de votre adversaire avec les vôtres (les pierres encerclées deviennent des « prisonniers », le gagnant étant le joueur ayant totalisé le plus de territoires et de prisonniers). Une autre section du site Web de China Poly Group présente des articles conçus pour s’inspirer de la célèbre « longue marche » de l’Armée rouge dans les années 1930.

China Poly Group et Poly Culture semblent désireux d’aider l’État chinois à réaliser son vaste projet One Belt, One Road, indiquent des documents de l’entreprise. Annoncé en 2013 par le président chinois, Xi Jinping, le plan vise à relier la Chine à l’Asie, l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Europe par des routes, des voies de navigation, des pipelines et d’autres grands projets d’infrastructure — le tout dans un effort, suggèrent certains analystes, d’étendre La portée de la Chine en tant que puissance mondiale dominante. Un rapport d’investisseur de Poly Culture indique qu’un mois avant l’ouverture de la nouvelle galerie de la société à Vancouver, en octobre 2016, Xu Niansha s’est rendu en Pologne avec un dirigeant de Poly Theatre pour explorer des projets culturels en réponse à la « politique de construction nationale de One Belt One Road » en Chine.

Une autre filiale de China Poly Group profondément impliquée dans cet effort est Poly Technologies, une colonne vertébrale de la société créée en 1984 en tant que branche de fabrication d’armes de l’Armée populaire de libération. Un communiqué de presse de 2015 indiquait que Poly Technologies était impliqué dans un accord de 184 millions de dollars américains pour la construction d’usines de caoutchouc en Ouzbékistan — qui se trouve au « cœur de la zone de couverture de l’initiative One Belt, One Road ». Bien que les supports marketing vantent « une forte image de marque et une réputation mondiale de Poly Technologies », cela n’a pas toujours été le cas.

En 1996, Poly Technologies et une autre société d’État chinoise, Norinco, ont été liées à une piqûre d’infiltration qui a vu 2000 fusils d’assaut AK-47 introduits en contrebande dans le port d’Oakland, en Californie, prétendument pour armer des gangs de rue. Les responsables du gouvernement chinois et les dirigeants des deux sociétés ont fermement nié à l’époque tout lien avec l’affaire. [1] Le Time a alors rapporté que Poly Technologies vendait annuellement entre 2 et 3 milliards de dollars d’équipements militaires et que ses clients comprenaient l’Irak, l’Iran, le Pakistan, la Syrie, l’Arabie saoudite et le Myanmar. [2] En fin de compte, trois personnes ont été condamnées, dont un ancien fonctionnaire de Norinco et un ancien de Poly Technologies, ont déclaré les autorités américaines en 2005.

L’affaire a également suscité un scandale politique en 1996, a rapporté le Time. Le président de Poly Technologies, Wang Jun, fils d’un dirigeant de l’Armée rouge étroitement associé au président Mao, a été découvert pour avoir rencontré le président américain Bill Clinton à la Maison Blanche alors que l’enquête de contrebande était toujours en cours.

En 2013, Poly Technologies a de nouveau fait la une des journaux lorsqu’elle a été sanctionnée par le département d’État américain, qui a allégué que Poly avait vendu des articles en violation d’une interdiction de prolifération d’armes impliquant l’Iran, la Syrie et la Corée du Nord. La société a publié à l’époque une déclaration disant qu’elle n’avait aidé aucun pays à développer des armes interdites ni violé les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Avant de s’installer au Canada, Poly Culture a été introduite en bourse à la Bourse de Hong Kong en 2014. Le prospectus de la société mettait l’accent sur une « délimitation claire » entre elle et les autres sociétés du groupe China Poly. Il a également noté que Poly Technologies avait retiré sa participation de 32 pour cent dans la société.

He Ping, ancien général de l’armée, membre fondateur et président honoraire de China Poly Group, et Xu Niansha, l’actuel président de la société d’État, a été capitaine adjoint de la frégate lance-missiles de la flotte de la mer de l’Est, l’une des trois flottes de la marine de l’Armée populaire de libération.. Photographie prise sur le site internet de l’entreprise.

Les plans de l’entreprise

Mais les archives montrent que certains bureaucrates du gouvernement canadien se grattaient encore la tête sur la structure organisationnelle de Poly Culture. En février 2016, un dirigeant principal des affaires de Diversification de l’économie de l’Ouest Canada semblait confus au sujet de la distinction entre Poly Culture et une autre entité, dont le nom a été expurgé dans des enregistrements de courriels sécurisés par Postmedia. Le responsable commercial a envoyé un courriel à un membre du personnel du siège de Vancouver, lui demandant : «*** c’est le groupe Polyculture, n’est-ce pas? » Le membre du personnel du siège de Vancouver a répondu : « Non, *** et Polyculture sont deux entités complètement différentes. »

Le même mois, une note d’information a informé Wat que si des journalistes lui posaient des questions sur les activités de défense de China Poly Group, elle devrait répondre : « Le nouveau siège social à Vancouver est exclusivement lié aux activités artistiques et culturelles de Poly Culture. » Cependant, d’autres documents suggèrent fortement que les projets de Poly Culture au Canada vont au-delà des arts et de la culture.

Greg D’Avignon, PDG du BC Business Council, par exemple, a décrit l’entreprise de cette façon dans une invitation à déjeuner aux chefs d’entreprise locaux et aux dirigeants de China Poly Group : « En tant que seule société créée par Poly Group in North America, Poly Culture aidera également Poly Group à étendre et développer ses activités, y compris les activités culturelles et artistiques, le développement immobilier et d’autres industries possibles en Amérique du Nord. »

En fait, des documents montrent qu’une autre filiale de China Poly Group, Poly Real Estate, a envoyé une petite délégation en Colombie-Britannique au printemps 2016 pour rencontrer Wat. Un courriel du 10 avril 2016 indique que trois délégués de Poly Real Estate cherchaient des visas canadiens pour la visite et que le président du groupe China Poly, Xu Niansha, et le PDG de Poly Culture, Jiang Yingchun, étaient « déjà là ». « Selon l’ordre du jour, la délégation rencontrera la ministre Teresa Wat pour un dîner et effectuera quelques visites sur place à *** », indique le courriel. Wat n’a pas répondu aux questions quant à savoir si le dîner avait eu lieu ou quels étaient les intérêts de Poly Real Estate au Canada.

Le fait que la branche immobilière de China Poly Group envoie des représentants en Colombie-Britannique au moment où sa branche culturelle finalisait un accord en Colombie-Britannique semble s’aligner sur les stratégies d’investissement de la société. Le rapport annuel 2016 de Poly Culture vante le terme “immobilier culturel”. « Pour (China) Poly Group, il est toujours dédié à la fusion entre l’immobilier et la culture », indique le rapport, notant que l’ajout d’un bien culturel, tel qu’un théâtre, à une zone peut améliorer la valeur commerciale de immobilier.

Bien que les activités de Poly Real Estate au Canada semblent maintenant limitées, elle a établi une énorme empreinte en Australie. La société « s’est lancée sur le marché immobilier australien » pour développer des propriétés à Sydney et à Melbourne à la fin de 2014 et a « esquissé une stratégie de croissance ambitieuse pour l’Australie visant à en faire le troisième plus grand promoteur immobilier ici », a rapporté The Australian en 2015.

À l’automne 2016, Peter Cai, chercheur au Lowy Institute for International Policy, a écrit une colonne suggérant que les dirigeants politiques et commerciaux devraient faire preuve de prudence face à la montée du « soft power » chinois en Australie. C’est une réalité politique, a-t-il écrit, que la plupart des entités chinoises ont des liens formels ou informels avec le parti communiste au pouvoir et la plupart du temps, ce n’est pas un problème.

« Les politiciens et les hommes d’affaires doivent être alertes mais pas alarmés. »

Le New Beijing Poly Plaza a été achevé en 2007. Il a été conçu pour que la China Poly Group Corporation serve de nouveau siège social, ainsi qu’un mélange d’utilisations commerciales et culturelles. Il est situé à Pékin, en Chine au nord-est de la Cité Interdite. Un profil de la société dans le New York Times a noté le contraste apparemment étrange de pouvoir acheter une peinture au troisième étage et un système de missiles le 27ème du siège social de la société à New Beijing Poly Plaza. [3]

Clôture de la transaction

En août 2016, Wat s’est rendu en Chine pour des vacances et a fini par y rester jusqu’au début du mois de novembre. Les courriels du gouvernement disent qu’elle était tombée à Zhuhai, une ville près de Hong Kong, et qu’elle avait besoin de temps pour se rétablir à l’hôpital.

De Zhuhai, quelques semaines à peine avant le lancement officiel de la galerie d’art de Poly Culture en Colombie-Britannique, Wat a envoyé un courriel au personnel de Clark exhortant Clark à rencontrer à nouveau le président de China Poly Group. « Il est maintenant confirmé que… le président Xu se rendra à Vancouver le 30 novembre et aimerait rencontrer le PCC (alors premier ministre Christy Clark) », a écrit Wat le 25 octobre. « Je suggère fortement que le PCC rencontre Xu après la réunion du cabinet du 30 novembre, même pour seulement 20 minutes. »

Wat ne voulait pas dire à Postmedia pourquoi elle pensait que la réunion était si importante. Clark, qui avait également rencontré le président Xu à Pékin en 2015, n’a pas répondu aux demandes, que ce soit pendant qu’elle était première ou après, pour une interview sur China Poly Group.

Quelques jours avant son retour en Colombie-Britannique, Wat a été photographiée le 1er novembre avec des délégués commerciaux canadiens à l’exposition internationale de l’aviation et de l’aérospatiale de Chine à Zhuhai. Parmi les marchandises exposées, selon les médias chinois, se trouvaient des véhicules blindés et des systèmes de missiles construits par Norinco et China Poly Group, un ancien sponsor de l’événement.

Réunions de haut niveau recherchées

Les archives montrent que les dirigeants de China Poly Group ont cherché à rencontrer des responsables fédéraux canadiens, y compris le ministre du Commerce international, dans la perspective du lancement en novembre 2016 à Vancouver. « Le siège de Vancouver a exprimé son intérêt pour la participation (du bureau fédéral de la Grande Chine) à la visite de Poly Culture, car ils estiment que cela aura un impact positif sur les relations bilatérales », a écrit Christian Hansen, directeur régional d’Affaires mondiales Canada dans un courriel le 5 octobre.

Les courriels échangés entre les membres du personnel d’Affaires mondiales Canada montraient que la visite de trois jours des dirigeants de China Poly Group avait été présentée comme « une occasion d’explorer d’autres opportunités d’investissement importantes au Canada pour Poly Group ». Mais les courriels montrent également que le gouvernement fédéral effectuait une « diligence raisonnable » sur l’entreprise. Dans le cadre de la collecte d’informations, les bureaucrates essayaient de déterminer « la taille, la présence hors de Chine » de l’entreprise.

Un article en ligne publié en 2013 par Public Radio International, intitulé « China’s Poly Group: l’entreprise la plus importante dont vous n’avez jamais entendu parler », a été signalé par le siège de Vancouver et diffusé parmi le personnel fédéral dans le cadre du processus de diligence raisonnable. L’article commence par une image suggestive : « Imaginez la China Poly Group Corporation comme la première d’un ensemble de poupées gigognes russes. », dit l’article. « Chacune des plus grandes boules en bois représente une nouvelle ligne de filiales diverses qui protègent son noyau cloîtré et contrôlé par des principicules. » [4] Le reportage met en évidence les exportations d’armes de l’entreprise « vers des régions troublées comme le Myanmar ou le Zimbabwe » et cite un expert affirmant que Poly Technologies « est depuis longtemps sur le radar d’Amnesty [International] en raison de ses expéditions d’armes vers les zones de conflit, en particulier en Afrique. »

Affaires mondiales Canada n’a pas voulu commenter la réaction du personnel à l’article, affirmant seulement que « une diligence raisonnable est toujours exercée… lorsqu’il s’agit d’investissements au Canada effectués par des investisseurs étrangers ».

Un fonctionnaire fédéral a par la suite déclaré en arrière-plan qu’un premier contrôle de sécurité nationale avait été effectué par Ottawa sur Poly Culture et qu’il avait été jugé qu’un examen plus approfondi de la sécurité nationale n’était pas nécessaire. Le responsable a semblé surpris que Postmedia pose des questions sur la présence de China Poly Group à Vancouver. « Ce n’est qu’une galerie d’art », a déclaré le responsable.

Dans une entrevue, Derek Scissors, un expert de la Chine au conservateur American Enterprise Institute, a déclaré : « Est-ce que (China Poly Group) a beaucoup d’entreprises non militaires ? Oui. Mais elles sont toujours liées à l’Armée populaire de libération. C’est un fait. »

« C’est une question légitime de se demander si Poly sait comment être une bonne entreprise canadienne. Et savent-ils comment suivre les lois canadiennes ? », dit Scissors. « Si vous êtes préoccupé par la sécurité nationale avec une entreprise chinoise, vous avez raison. Parce que si votre supérieur du parti dit : « Vous devez faire ceci », vous le faites. »

Le processus d’examen d’Ottawa a été remis en question dans une affaire concernant la prise de contrôle par une entreprise chinoise de la société de haute technologie de Vancouver Norsat International, qui vend des systèmes de communication par satellite à l’armée américaine. Les responsables américains ont critiqué l’approbation d’Ottawa, affirmant que cela soulevait des problèmes de sécurité nationale. Le Globe and Mail a rapporté que Fadden, l’ancien chef du SCRS, a déclaré qu’il aurait recommandé un examen complet de la sécurité nationale dans l’affaire Norsat. Ottawa a soutenu que seul un contrôle de sécurité national initial était requis.

Le célèbre magnat de l’immobilier Poly Group est dans le marché des armes. On sait que la Chine a une gestion stricte des exportations d’armes. Poly Group est la seule entreprise publique chinoise à posséder les qualifications nécessaires pour exporter des produits militaires. Pour ce qui est de la vente d’armes, elle se positionne bien avant Norinco.

Après la transaction

Dans les mois qui ont suivi le lancement de la galerie d’art Poly Culture à Vancouver, Poly Culture a signé une entente avec l’Orchestre symphonique de Vancouver pour développer des programmes conjoints. La société a déclaré qu’elle souhaitait construire un grand centre d’art et développer des partenariats cinématographiques. Pendant ce temps, sa société mère continue de faire la une des journaux, plus récemment en lien avec la disparition très médiatisée d’un milliardaire chinois, Xiao Jianhua.

En janvier 2017, Xiao, qui a la citoyenneté canadienne, a été enlevé par la police chinoise à son domicile dans un hôtel de Hong Kong. Il n’a plus été revu ni entendu depuis. [5] En avril, le Wall Street Journal a rapporté que des entreprises liées au « formidable conglomérat de commerce d’armes, China Poly Group Corp., avaient exécuté au moins trois transactions récentes impliquant le milliardaire ». [6] Et à la fin du mois de juillet, le South China Morning Post a rapporté que Xiao était impliqué dans un investissement de plusieurs milliards de dollars en 2016 qui a été acheminé via un certain nombre de sociétés, y compris Pohua JT, enregistrée aux îles Caïmans. Cette société appartient à 32% à Poly Longma, une unité du groupe China Poly, a rapporté le Morning Post, et « le reste de Pohua JT est lié à Xiao ». [7]

Les responsables d’Affaires mondiales Canada ont déclaré qu’ils surveillaient le cas de Xiao. Postmedia a contacté Poly Culture à plusieurs reprises au cours des quatre dernières semaines et a soumis des questions détaillées sur China Poly Group et l’entreprise artistique de Poly Culture en Colombie-Britannique. À la date limite de cet article, Poly Culture n’avait pas fourni de réponses.

Bruce Ralston, le nouveau ministre de l’Emploi, du Commerce et de la Technologie du NPD de la Colombie-Britannique, a refusé une demande d’entrevue pour cette histoire. Dans un communiqué, il a déclaré que le gouvernement procédera à un examen du siège de Vancouver, le programme financé par l’État qui a joué un rôle clé dans les coulisses pour amener Poly Culture à Vancouver. Pendant ce temps, un fonctionnaire du gouvernement avait annoncé où John Horgan, le nouveau premier ministre de la Colombie-Britannique, se rendrait pour son premier voyage à l’étranger : la Chine.

D’AUTRES ARTICLES DE SAM COOPER :

NOTES :

  1. Richard C. Paddock and Ronald J. Ostrow : U.S. Agents Say Chinese Tanks, Rockets Offered. Los Angeles Times, May 24, 1996.
  2. Michael S. Serrill : Anatomy of a Sting. Time, June 24, 2001.
  3. Graham Bowley and David Barboza : An art power rises in China, posing issue for reform. The New York Times, December 16 2013.
  4. Cain Nunns : China’s Poly Group: The most important company you’ve never heard of. Public Radio International (The World), February 25, 2013.
  5. Le 24 septembre 2018, un rapport du South China Morning Post citant des sources anonymes indiquait que Xiao serait prochainement traduit en justice pour les crimes de « manipulation des marchés boursiers et à terme » et « d’offrir des pots-de-vin au nom d’institutions ». Zhou Xin and Choi Chi-yuk : Chinese tycoon Xiao Jianhua could face trial ‘soon’ for stock manipulation, sources say. South China Morning Post, 24 Sep, 2018.
  6. James T. Areddy : Missing Billionaire Has Ties to China’s Military. The Wall Street Journal, April 18, 2017.
  7. Xie Yu : China’s missing financier placed a bet on Wanda’s privatisation, but will he show up to collect?. South China Morning Post, 28 July, 2017.

Bonjour Monsieur Boulianne. Vous êtes à mes yeux un combattant et un porte parole de justice et j’ai confiance en vous. Vous avez un regard perçant sur l’actualité et votre site est vraiment interessant.

Jean Ronchiato

« Merci M. Boulianne pour toutes vos recherches afin de permettre à la vérité et à la lumière de nous libérer des forces des ténèbres qui nous ont envahis. »

Richard Bernier

« J’ai dévoré votre livre. Littéralement. Je tenais à vous féliciter pour votre prodigieux travail de recherche, de synthèse et d’écriture. J’ai lu de nombreux livres dans ma vie, il y a beaucoup de classiques et d’oeuvres auxquels on se doit de revenir : votre dernier rejeton en fait partie. »

Pascal Audry