Les extra­ter­restres n’ont jamais contacté les services de rensei­gne­ment améri­cains

Edward Snowden a mis un terme à la théorie du complot selon laquelle le gouvernement américain héberge secrètement des extraterrestres dans ses installations les plus secrètes lors d’une récente entrevue diffusée dans un épisode du podcast « The Joe Rogan Experience », relayée par Busi­ness Insi­der le 24 octobre dernier.

Snowden, un dénonciateur américain qui a révélé des détails sur des programmes de surveillance classifiés du gouvernement américain en 2013, a abordé les rumeurs concernant des formes de vie extraterrestres secrètes dans son auto­bio­gra­phie « Mémoires vives », récemment publiée. « Je sais, Joe, je sais que tu veux qu’il y ait des extraterrestres », dit-il. « Je sais que Neil deGrasse Tyson veut ardemment qu’il y ait des extraterrestres. Et il y en a probablement, n’est-ce pas? »« Oui », répondit Rogan.

S’adressant à Rogan depuis la Russie, où il a obtenu l’asile, Snowden a déclaré qu’il savait que le gouvernement américain n’avait pas pris contact avec des étrangers et ne les hébergeait pas dans leurs installations, comme celle de la zone 51 du Nevada. « J’ai eu un accès immense aux réseaux de la NSA, de la CIA, de l’ar­mée, de tous ces groupes. Je n’ai rien pu trou­ver. Donc, si c’est caché – et ça pour­rait être caché –, c’est vrai­ment très bien caché, même pour les gens qui sont à l’in­té­rieur », a-t-il affirmé.

« Pour autant que je sache, les extra­ter­restres n’ont jamais contacté la Terre, ou du moins ils n’ont pas contacté les services de rensei­gne­ment améri­cains », a-t-il écrit.

Il a déclaré n’avoir trouvé aucune preuve de vie extraterrestre durant ses années passées à fouiller dans les bases de données du gouvernement lorsqu’il travaillait comme sous-traitant pour la NSA et la CIA. Il a admis qu’il était tout à fait possible que les contacts avec des extraterrestres fussent « très bien cachés » des personnes ayant un accès direct à des informations classifiées. « Tout le monde veut croire aux théories du complot parce que cela donne un sens à la vie », a-t-il déclaré à Rogan. « Cela nous aide à croire que quelqu’un contrôle, que quelqu’un tire les ficelles ».

Dans son livre paru le mois dernier, Snowden a fermé d’autres théories populaires du complot, telles que l’idée selon laquelle les États-Unis simulaient l’atterrissage sur la lune ou que la science du climat est un canular.

« Oui, l’homme a vraiment atterri sur la lune. Le changement climatique est réel. Les chemtrails ne sont pas un sujet », a-t-il ajouté.

Il reste donc à déterminer si Edward Snowden peut réellement connaître tous les sujets qui ont été abordés, lui qui est maintenant très loin des dossiers secrets de la NSA, de la CIA et de l’ar­mée américaine.


À propos de Edward Snow­den

Edward SnowdenEdward Joseph Snowden, né le 21 juin 1983 à Elizabeth City, en Caroline du Nord, est un lanceur d’alerte américain. Informaticien, ancien employé de la Central Intelligence Agency (CIA) et de la National Security Agency (NSA), il a révélé les détails de plusieurs programmes de surveillance de masse américains et britanniques.

À partir du 5 juin 2013, Snowden rend publiques par l’intermédiaire des médias, notamment The Guardian et The Washington Post, des informations classées top-secrètes de la NSA concernant la captation des métadonnées des appels téléphoniques aux États-Unis, ainsi que les systèmes d’écoute sur internet des programmes de surveillance PRISM, XKeyscore, Boundless Informant et Bullrun du gouvernement américain et les programmes de surveillance Tempora, Muscular et Optic Nerve du gouvernement britannique. Pour justifier ses révélations, il a indiqué que son « seul objectif est de dire au public ce qui est fait en son nom et ce qui est fait contre lui. ».

À la suite de ses révélations, Edward Snowden est inculpé le 22 juin 2013 par le gouvernement américain sous les chefs d’accusation d’espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux.

S’exilant à Hong Kong en juin 2013 puis à Moscou, Edward Snowden obtient le 31 juillet 2013 l’asile temporaire en Russie. Le 1er août 2014 il obtient un droit de résidence pour trois ans en Russie.

Le 14 avril 2014, l’édition américaine du Guardian et le Washington Post se voient décerner le prix Pulitzer pour la publication des révélations sur le système de surveillance de la NSA, rendues possibles grâce aux documents fournis par Snowden.

Le 18 janvier 2017, la Russie prolonge son droit d’asile de trois ans (jusqu’en 2020).

Le 16 septembre 2019, Snowden a réitéré son souhait d’être accueilli par la France. Il assure avoir demandé en vain l’asile à Paris dès 2013, sous la présidence de François Hollande. Mais, le 19 septembre 2019, jour de la sortie en France de son autobiographie « Mémoires vives », sa demande est rejetée.

___________________