Notre nouvelle normalité : inflation, pauvreté, famine, effondrement économique, fascisme, marxisme, communisme et meurtre

« Tant que les gens ne songent pas à exercer leur liberté, ceux qui veulent les tyranniser le feront, car les tyrans sont actifs et ardents et feront tout, au nom des dieux, des religions et autres, pour enchainer les hommes endormis. » — Voltaire


La crédulité de l’homme, semble-t-il, n’a pas de limites, car si c’était le cas, comment tant de personnes pourraient-elles être si aveugles ? Alors que je réfléchis aux 18 derniers mois environ, il est assez alarmant de comprendre la portée de cette escroquerie appelée « pandémie » et comment tout ce pays (et le monde) ont embrassé les mensonges, la tromperie et la tyrannie d’une telle ampleur. Le meurtre de masse aux mains de l’État a déjà commencé, mais avec le déploiement d’injections mortelles et toxiques délibérément étiquetées à tort comme « vaccins », le meurtre d’un grand nombre qui est démocide, sera évident parmi toute cette population pour les années à venir. Les auteurs de cette prise de contrôle génocidaire de la société s’en prennent maintenant à tous les enfants et tenteront d’en empoisonner autant que possible avec leurs « vaccins » au cours de cette année et de l’année prochaine.

Seule une nation d’imbéciles lâches et pathétiques permettrait un sort aussi abominable pour leur propre progéniture sans défense. Ce type de comportement indique un manque total d’intellect et une ignorance massive de la réalité. Il indique aussi l’indifférence généralisée, qui est l’incarnation d’une société malade et immorale.

Ainsi, il semble que la soi-disant « nouvelle normalité » d’un régime totalitaire sur une société semblable à l’esclavage ne soit pas seulement la faute de ceux qui souhaitent nous gouverner, mais plus encore du peuple en général pour avoir permis que cela se produise sans bonne résistance. Blâmer l’ennemi est facile, mais accepter le blâme de soi est évité à tout prix, et cette attitude est encore pire que celle des tyrans. On s’attend à ce que le mal parmi nous qui sommes la classe dirigeante existe, mais le mal de l’apathie de masse ne peut jamais être accepté ou excusé.

Au cours des derniers mois, les citoyens de ce pays ont pleinement acquiescé à la volonté d’un régime totalitaire et, ce faisant, ont mis à nu leurs faiblesses dues à une peur infondée. Beaucoup pensent que le nombre est sûr, mais ce n’est que l’état d’esprit des animaux de troupeau, pas des humains. En permettant volontairement la mort et la destruction d’une partie du troupeau, le reste survit pour vivre un jour de plus, mais lorsque les gens acceptent cette attitude, ils doivent également accepter la mort et la destruction de leur famille, amis et voisins comme normal pour survivre. Si tel est le cas, il semble que l’évolution de l’espèce humaine recule, et c’est exactement ce que le collectivisme est censé accomplir.

Avec cela viennent les conséquences de l’inaction, et dans ces circonstances, ces conséquences sont toujours à la discrétion des tyrans. Ce qui s’est passé à ce jour devrait être suffisant pour que quiconque voie la folie d’avoir confiance en un État ou une nation. Ce qui a commencé par des fermetures et des quarantaines, a entraîné des fermetures d’entreprises, des pertes d’emplois, un stress extrême, des perturbations des lignes d’approvisionnement, des pénuries, des prix plus élevés pour les biens et services, (l’inflation) et bien sûr le chaos économique. Cela a à son tour conduit à beaucoup plus de pauvreté, de désespoir et de famine, préparant le terrain pour la prochaine phase de cette prise de contrôle. À ce moment-là, les gens auraient dû reconnaître la nature totalitaire de ce qui se passait, mais hélas, ils sont restés obéissants et passifs, et ont vu leur monde être décimé.

Pour voir l’écriture sur le mur, il faut rechercher et accepter la vérité, quel que soit le risque que cela comporte. Éviter la vérité au profit de se cacher de la réalité, en espérant que quelqu’un d’autre « répare » les choses, est exactement ce que tous les dirigeants tyranniques recherchent dans les populations qu’ils tentent de contrôler. J’ai exprimé l’opinion que le moment choisi pour ce coup d’État était entièrement basé sur le fait que la classe de maître savait que la population en général était trop effrayée, trop dépendante et trop apathique pour lutter contre cet autoritarisme dictatorial qui avait été planifié depuis des décennies. Le moment choisi était le génie, car les masses ont agi exactement de la manière souhaitée.

Bien qu’aucune chose telle que « Covid-19 » n’existe réellement et n’ait jamais été identifiée, la véritable menace qu’est la véritable pandémie avait été mise de côté juste au bon moment, et au début de cette année, la pandémie de « vaccin » a été libérée. Le « vaccin » est l’arme biologique, et les variantes dites inexistantes d’un virus inexistant sont le résultat des « vaccins » mortels. En d’autres termes, le « vaccin » est la pandémie, et tous ceux qui ont volontairement fait les injections seront les victimes de cette pandémie mise en scène. Une fois que les décès dus à ces doses atteindront un nombre sans précédent, et ils le feront, le reste de la société qui n’a pas succombé à l’idiotie de prendre une concoction aussi dangereuse, sera blâmé. En effet, tous auront été ciblés par l’État criminel, qu’ils aient reçu l’injection ou non. Le groupe « vacciné » sera malade et mourant, tandis que le groupe non vacciné sera chassé par l’État. C’est pourquoi cette société a déjà été divisée en catimini pour opposer les vaccinés à ceux qui ne le sont pas ; un complot sinistre destiné à solidifier le contrôle des deux groupes.

Il s’agit d’une tentative de prise de contrôle communiste, qui réunit tous les éléments du fascisme, du marxisme et du communisme. C’est la période la plus dangereuse de l’histoire pour les habitants de cette planète, car il s’agit d’une tentative de prise de contrôle globalisée de tout afin de se convertir à un système contrôlé par la technocratie, où il y a quelques « élites » au sommet, leurs exécuteurs et partenaires commerciaux ci-dessous, y compris le gouvernement, le reste étant une classe d’esclaves connue sous le nom de prolétariat.

Bien que l’on pense que cette « pandémie » concerne un virus mystérieux, ce n’est pas le cas, car le récit du virus n’est que l’outil utilisé pour accomplir le véritable programme, qui a ses racines sous l’apparence du « développement durable » commercialisé à travers l’idiotie du changement climatique provoqué par l’homme. Cela a été entièrement décrit dans l’Agenda 21 et l’Agenda 30 de l’ONU, et dans le programme bien nommé « Great Reset » décrit par Klaus Schwab et le Forum économique mondial. En réalité, il n’a qu’un objectif, et c’est d’atteindre une gouvernance mondiale totale et un contrôle universel sur tous. Pour réussir dans cette entreprise, plusieurs centaines de millions, ou plus probablement des milliards, devront être assassinés. Les « vaccins » sont les outils du meurtre, il est donc impératif d’éviter ces injections à tout prix.

Ce n’est pas une nouvelle menace, mais elle a été soigneusement manipulée pour se produire à ce moment afin de coïncider avec l’ignorance et l’indifférence du peuple, sa division préparée, sa faiblesse et sa dépendance à l’égard de l’État, et donc sa lâcheté face à l’adversité. . Ce « vaccin » est la clé du succès pour les dirigeants maléfiques et criminels, donc moins nous serons nombreux à prendre ce breuvage de sorcières, plus nous serons en mesure de lutter contre cette tentative odieuse de détruire l’humanité. Notre seul espoir est de rester non conforme, de désobéir à tous les ordres et d’abolir le système de gouvernement actuel qui a assumé des pouvoirs dictatoriaux avec la coopération volontaire des masses.

Gary D. Barnett (signature)

« Le contraire de l’amour n’est pas la haine, c’est l’indifférence. Le contraire de l’art n’est pas la laideur, c’est l’indifférence. Le contraire de la foi n’est pas l’hérésie, c’est l’indifférence. Et le contraire de la vie n’est pas la mort, c’est l’indifférence. »

— Elie Wiesel – US News & World Report, 27 octobre 1986

À propos de Gary D. Barnett

Gary Barnett est un conseiller financier et planificateur successoral à la retraite, et il a géré l’argent des clients de son entreprise pendant plus de trente ans. Il a également possédé deux autres entreprises au cours de sa vie et a parfois eu une course folle.

Gary a écrit sur une gamme complète de sujets concernant la liberté pendant de nombreuses années, et a écrit pour lewrockwell.comThe Future of Freedom Foundation et plusieurs autres publications au cours de cette période. Il considère que c’est une grande passion dans la vie d’apprendre et de continuer à s’éduquer, de promouvoir et de diffuser les idées de liberté à tous ceux qui sont prêts à écouter. La liberté n’est pas due à la politique ou aux constitutions, elle ne peut exister que dans l’esprit des individus.

Gary est apparu en tant qu’invité dans plusieurs émissions de radio Internet et nationales, notamment Freedom Watch avec le juge Andrew Napolitano, le Brian Wilson Show, Antiwar Radio, le Karen Kwiatkowski Radio Show, Liberty News Radio et Radio Liberty.

Il vit actuellement à Lewistown, dans le Montana, avec sa merveilleuse épouse Yoshie et son fils Leo. Il aime le plein air, la cuisine et la gastronomie, les chiens, les plages, la musique, la pêche à la mouche et les voyages exotiques.

En ce qui concerne sa philosophie, c’est un anarchiste pacifique qui croit en la loi naturelle sans restriction de l’État. Bien que Gary comprenne le scepticisme de la plupart concernant la mise en œuvre de ce type de structure politique individuelle, c’est le seul système où la liberté peut être pleinement atteinte. L’anarchie pacifique est basée sur la responsabilité individuelle, l’autonomie, l’échange volontaire sur les marchés libres, la non-agression et la liberté individuelle; tout ce qui est nécessaire pour atteindre la paix et l’harmonie. Le collectivisme, le gouvernement central et la guerre ne sont pas et ne seront jamais la réponse.

L’écriture est la passion de Gary, et maintenant qu’il est à la retraite, il peut se concentrer à plein temps sur cette entreprise. Écrire depuis une plage chaude serait préférable, mais vivre dans le Montana ne permet pas ce luxe. Il peut cependant, enfiler son short et ses tongs assis devant son ordinateur pendant les blizzards et le froid brutal des hivers du Montana, et rêver.



« Wow… Merci du fond du ❤ mr. Boulianne. Sérieusement, une chance que vous avez gardé un œil de tigre sur cette absurde loi 61. Je vois qu’il y a encore des personnes comme vous, courageuses et bienveillantes, qui font toute la différence. »

Claire V.

« J’ai beaucoup appris de vos écrits et j’apprécie grandement votre présence sensée au sein de la société québécoise. Vous pouvez être très fier de vos accomplissements. »

Laurie Feeney

« Je vous remercie de faire entendre au monde francophone une véritable voix de bon sens et de vérité. Dans un monde de mensonges et de tromperie systématiques, cela ne peut tenir qu’à votre courage (cœur rage) et votre sens aigu de l’exactitude. »

Jean Michaël Drouin