Bill Gates trouve triste que la variante appelée Omicron procure une efficacité plus importante que la vaccination via l’immunité naturelle

« Eh bien, nous aurons une autre pandémie, ce sera un agent pathogène différent la prochaine fois. »

— Bill Gates au MSC, 18 février 2022

Le psychopathe milliardaire Bill Gates a déclaré le 18 février lors d’une conférence à Munich, en Allemagne, que la variante SARS-CoV-2 Omicron s’est propagée plus rapidement à travers le monde que les vaccins COVID-19, et que la variante est un « type de vaccin » qui donne aux gens une immunité cellulaire. Il a également prédit qu’une autre pandémie est à venir et a partagé ce qu’il pense devoir être fait « la prochaine fois ».

Lors de la conférence de Munich sur la sécurité de 2022 (MSC), à laquelle ont participé des experts en sécurité, des politiciens et des personnes influentes du monde entier, on a demandé au co-fondateur de Microsoft : « Où évalueriez-vous où nous en sommes aujourd’hui pour vaincre le COVID-19 ? »

« Eh bien, malheureusement, le virus lui-même, en particulier la variante appelée Omicron, est le type de vaccin — c’est-à-dire qu’il crée à la fois une immunité des lymphocytes B et des lymphocytes T — et il a mieux réussi à atteindre la population mondiale que nous ne l’avons fait avec vaccins », a déclaré Gates.

L’immunité des cellules B et T, également appelée immunité cellulaire, comprend des mécanismes d’immunité alternatifs en plus des anticorps. Une étude publiée dans Nature suggère que les lymphocytes T du système immunitaire pourraient offrir une protection contre le COVID-19 en « se souvenant des rencontres passées avec d’autres coronavirus humains ». Une autre étude publiée dans la revue médicale Cell a déclaré que les données suggèrent que « le SRAS-CoV-2 suscite des réponses des lymphocytes T mémoire largement dirigées et fonctionnellement remplies, suggérant qu’une exposition naturelle ou une infection peut empêcher des épisodes récurrents de COVID-19 sévère. »

Bill Gates a déclaré à la conférence que le risque de maladie grave de contracter le COVID-19 a été considérablement réduit en raison du fait que des personnes ont été exposées à diverses variantes du virus SARS-CoV-2. « Si vous faites des enquêtes sérologiques dans les pays africains, vous obtenez bien plus de 80 % des personnes [qui] ont été exposées soit au vaccin, soit à diverses variantes. Et donc, cela signifie que le risque de maladie grave – qui est principalement associée au fait d’être âgé et d’être obèse ou diabétique – ces risques sont maintenant considérablement réduits en raison de cette exposition à l’infection », a-t-il déclaré.

La variante Omicron, depuis son identification en novembre 2021, s’est propagée rapidement à travers le monde pour devenir la variante la plus dominante, bien qu’elle provoque généralement des symptômes beaucoup plus légers.

Gates, qui a investi dans la recherche sur les vaccins via la Fondation Bill & Melinda Gates, a noté en ce qui concerne les vaccins qu’« il nous a fallu deux ans pour être une offre excédentaire ». « Aujourd’hui, il y a plus de vaccins [COVID-19] qu’il n’y a de demande de vaccins », a-t-il déclaré, ajoutant : « C’est triste que nous n’ayons pas fait un excellent travail sur les thérapeutiques. Seulement ici, deux ans plus tard, nous avons une bonne thérapeutique. »

Il a également déclaré que le développement d’un vaccin « nous a pris beaucoup plus de temps qu’il n’aurait dû » et a suggéré que « la prochaine fois, au lieu de deux ans, nous devrions en faire plutôt six mois ». « Certaines des approches de plate-forme standardisées, y compris l’ARNm, nous permettraient de le faire », a ajouté Gates.

« Nous aurons une autre pandémie »

Interrogé sur le potentiel d’une autre pandémie, il a répondu : « Eh bien, nous aurons une autre pandémie, ce sera un agent pathogène différent la prochaine fois. » Gates a déclaré qu’il y aura également « un certain rebond » avec l’agent pathogène actuel, le virus SARS-CoV-2, à des niveaux de grippe saisonnière plus typiques. « Nous n’avons pas d’outil pour procéder à l’éradication », a-t-il déclaré, faisant référence à la façon dont les vaccins COVID-19 actuels n’ont pas été en mesure d’empêcher les personnes inoculées d’être infectées.

Gates a déclaré que le financement devrait être alloué au développement d’un vaccin qui peut « se débarrasser des familles de virus respiratoires, y compris la famille de la grippe et la famille des coronavirus ». « Et je pense que dans la prochaine décennie, nous pourrons proposer un vaccin d’éradication », a-t-il ajouté. « C’est une aspiration, pas une garantie… Il y a déjà beaucoup de travail qui a été fait sur un vaccin universel contre la grippe, et la date à ce sujet semble très prometteuse. »

« Nous n’obtiendrons pas des niveaux de mortalité au niveau aigu que nous connaissons encore aujourd’hui alors que l’onde Omicron passe à l’échelle mondiale », a déclaré Gates.

La Fondation Bill & Melinda Gates de Gates a promis le 19 janvier 300 millions de dollars au Wellcome Trust du Royaume-Uni pour soutenir la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI). La coalition a été formée il y a cinq ans par les gouvernements de la Norvège, de l’Allemagne, du Japon, de l’Inde, ainsi que la Fondation Gates, Wellcome et le Forum économique mondial. Elle a codirigé une initiative mondiale appelée COVAX pour fournir des vaccins aux pays à revenu faible et intermédiaire.

Le CEPI a déclaré qu’il cherchait à lever 3,5 milliards de dollars pour « développer des vaccins vitaux contre toute nouvelle menace virale (appelée “maladie X”) – dans les 100 jours suivant le séquençage d’un agent pathogène ».


Le coprésident de la Fondation Bill et Melinda Gates Bill Gates (au centre) s’entretient avec la ministre canadienne des Affaires étrangères Melanie Joly (à droite) et la ministre suédoise des Affaires étrangères Ann Linde (à gauche) lors de la 58e Conférence de Munich sur la sécurité (MSC) à Munich, dans le sud de l’Allemagne, le 18 février 2022.

Anthologie2020PUB007


« Merci de tout coeur M. Boulianne, vos informations sont capitales pour ceux qui recherchent la vérité. »

Robin Caron

« Mr Boulianne, vous êtes un soutien indéfectible de la VÉRITÉ en cette époque de mensonges qui s’effondrera en champ de ruines avec hélas beaucoup trop de dommages “collatéraux ». »

Carole Lavoie

« En signe d’appréciation et de reconnaissance pour le travail d’information extraordinaire que vous nous offrez. »

Carole Brochu