L’évêque orthodoxe Mar Mari Emmanuel s’en prend vertement aux fers de lance du Nouvel Ordre Mondial et de la « vaccination » Covid-19

Le 15 août 2021, l’évêque orthodoxe Mar Mari Emmanuel s’en est pris vertement au gouvernement australien, aux conspirateurs du mal et aux fers de lance du Nouvel Ordre Mondial et de la « vaccination » Covid-19, lors de son sermon donné durant le Deuxième dimanche de la Divine Liturgie d’été. H.G. Mar Mari Emmanuel est un évêque métropolitain australien assyrien d’origine irakienne de l’ancienne église assyrienne de l’Est qui préside le diocèse d’Australie et de Nouvelle-Zélande. Mar Mari Emmanuel est né Robert Shlimon le 19 juillet 1970 en Irak et il s’est installé en Australie au début des années 1980. Il a travaillé comme directeur de banque dans les années 1990, avant de devenir diacre puis révérend dans les années 2000.

Mar Mari Emmanuel

En août 2011, Mar Yacoub Daniel et Mar Zaia Khoshaba ont consacré Mar Mari Emmanuel comme évêque suffragant de l’archidiocèse d’Australie et de Nouvelle-Zélande, assistant le métropolite d’Australie et de Nouvelle-Zélande. Précédemment connu sous le nom de révérend Emmanuel Shlimon, il a adopté le nom épiscopal de “Mari Emmanuel” (d’après Saint Mari) au moment de devenir évêque. En juillet 2013, lors d’une visite en Australie, Mar Addai II a accordé la confirmation patriarcale à Mari Emmanuel.

Addai II a visité les paroisses de l’archidiocèse d’Australie et de Nouvelle-Zélande en 2013, et lors de sa visite a donné à Mari Emmanuel la confirmation patriarcale, bien qu’il ait désapprouvé un certain nombre d’activités liées à l’évêque et a fixé un délai pour que ces activités soient repoussé. Ces désapprobations variaient d’un éventail de domaines différents tels que la conduite liturgique, théologique et sociale de l’évêque. Le délai a expiré et Addai II est allé de l’avant et a suspendu Mari Emmanuel en juillet 2014 pour avoir désobéi aux canons du Credo de Nicée promulgués par le premier concile de Nicée en 325 après JC.

En août 2014 au Cultural Club, Fairfield Heights à Sydney, Mari Emmanuel a contesté la suspension et a cité un certain nombre de décrets synodaux. La suspension a été brièvement retirée en décembre 2014, lorsque Mari Emmanuel a consenti aux décrets patriarcaux, cependant, la suspension a de nouveau été promulguée alors que l’évêque exprimait sa désapprobation pour la deuxième fois. Mari Emmanuel a continué de contester l’ordonnance de suspension. Après sa deuxième suspension, le Saint-Synode de l’Ancienne Église d’Orient a discuté à deux reprises du cas de suspension de Mari Emmanuel lors de deux conciles officiels tenus à Chicago en 2015 et à Bagdad, Irak en 2018, respectivement. Cependant, comme il n’y avait aucune preuve d’accusations, Mari Emmanuel était depuis retourné à l’église et était resté évêque métropolitain.

En janvier 2015, Mari Emmanuel a créé une église indépendante à Wakeley, actuellement connue sous le nom de Christ The Good Shepherd Church. En 2016, Mari Emmanuel a été reçue en communion avec le métropolite Toma Gewargis, qui a rendu visite à l’église plus tard dans l’année. Depuis 2017, Mari Emmanuel se rend chaque année aux États-Unis et au Canada où il dirige des ministères de prédication dans plusieurs États tels que l’Illinois, l’Arizona , la Californie et l’Ontario. Il a également effectué plusieurs visites à la paroisse séparatiste et anti-patriarcale de Modesto, en Californie, et la congrégation le reconnaît comme prélat spirituel aux côtés des deux métropolitains et récite son nom dans leurs litanies. L’église du Christ Bon Pasteur de Mari Emmanuel célèbre également Noël selon la date du calendrier grégorien conformément au décret patriarcal de juin 2010.

Le 19 juillet 2021, au milieu des épidémies de variantes du SRAS-CoV-2 Delta et du verrouillage à Sydney, l’évêque a présenté un sermon en ligne qui réprimandait les vaccinations et les verrouillages COVID-19, déclarant que le coronavirus n’est « qu’un autre type de grippe, ni plus, ni moins ». Sa vidéo YouTube avait été visionnée par des centaines de milliers de personnes, dont beaucoup étaient d’accord avec l’évêque sur l’impact de la pandémie sur la santé mentale de la société et l’économie de l’ouest de Sydney. Dans sa vidéo, il a imploré le Premier ministre australien Scott Morrison et la première ministre de la Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian, d’en faire plus et d’aider les personnes confrontées à l’adversité financière et émotionnelle, ajoutant : « Avons-nous vraiment perdu le complot ? ».

Le sous-titrage de cette vidéo est une gracieuseté de Jonathan Mongrain. Cliquez sur ce lien pour voir la vidéo intégrale de H.G. Mar Mari Emmanuel. Le titre du présent article a été concocté par Joseph Stroberg que je remercie. — G.B.

Le sermon intégral de H.G. Mar Mari Emmanuel

Christ The Good Shepherd Church (logo)

Je veux parler aujourd’hui à propos de ce père qui a eu ces deux fils, mais très brièvement, je vais aborder la brebis perdue, la drachme perdue et ce fils perdu, le plus jeune, le fils prodigue. Le Seigneur Jésus, le fils de Dieu, est venu chercher chaque être humain perdu. Son travail consistait à accomplir la volonté de son père, c’est-à-dire à ramener Adam et ses descendants à l’image originale, dans laquelle le Seigneur Dieu avait créé Adam. Lorsque nous lisons dans le Livre de la Genèse, le Seigneur Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance. » Cette image a été déformée. Cette image a été ternie lorsqu’Adam a brisé la parole de Dieu dans le jardin d’Eden.

Depuis qu’Adam a été créé pour être le fils de Dieu, selon la généalogie et l’Évangile de Luc, chapitre trois. A la fin de la généalogie de notre Seigneur Jésus-Christ, il est dit qu’un Adam était le fils de Dieu. Depuis qu’Adam a été créé pour être le fils de Dieu, cette image a été tachée par le péché, et l’image du Fils a été marquée à jamais. Le fils est devenu esclave du péché, esclave de Satan et de la perdition. Le fils de Dieu devait venir ramener le fils, Adam, à Dieu une fois de plus. Lorsque le Seigneur Jésus est allé chercher dans le désert de ce monde, Il a trouvé la brebis perdue, qui est la race humaine, Il a ramené cet Adam au bercail. Quand cette brebis a été ramenée par Jésus-Christ, le Bon Pasteur, le fils de Dieu, cette brebis a été transformée en pièce de monnaie par le Saint Baptême. Cette pièce s’est à nouveau perdue dans la maison,— pas dans le désert, pas dans le désert —, elle s’est perdue dans la maison. Qui l’a cherchée dans la maison ? Le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit qui a habité en nous par le Saint Baptême. Chaque fois que nous dévions de la route, le Saint-Esprit vient nous chercher.

Cette pièce est devenue la maison du fils et du père. Et un jour, ce fils est venu voir son père et lui a dit : « Père, je ne veux plus vivre avec toi. Je veux être libre, tout comme tant de gens dans ce monde veulent vivre libres ». Le fils cadet représente tant de gens de notre époque où ils recherchent la liberté à leur manière, pas à la manière de Dieu. Alors il a dit : « Papa, je sais que tu es bon. Je sais que tu es merveilleux. Je sais que tu es absolument brillant. Mais tu sais quoi, papa ? Je me sens étouffé dans ta maison, parce que tu sais papa, je veux sortir quand je veux, tu ne me laisses pas faire. Je veux choisir des amis à ma façon, tu vas contre mon souhait. Je veux aller où je veux, tu me donnes un avertissement. Tu ne me laisses pas être libre. Je veux être libre, même si tu es bien. Mais je ne veux pas vivre sous ton toit. Je veux être libre. » Ainsi, le père étant si aimant, si tendre, si compatissant, donne sa part au fils et le fils poursuit son voyage à la recherche de la soi-disant liberté.

Le 21e siècle est si bien connu pour rechercher la liberté à sa manière, pas à la manière de Dieu. Le 21ème siècle est devenu une génération impie… une génération impie. Les jeunes, hommes et femmes, vieux et jeunes, veulent vivre à leur manière, pas à celle de Dieu. Et pouvez-vous voir où nous nous sommes retrouvés? Pouvez-vous voir ce que nous avons fait de ce monde et de nous-mêmes ? Nous avons littéralement détruit le monde et avec lui, nous-mêmes.

Pour rechercher la liberté, être libres, nous avons détruit tout ce qui était bon et créé par le bon Dieu. Le fils est parti en voyage à la recherche de la liberté. Où cette liberté l’a-t-elle conduit ? Le champ aux cochons. Le champ aux cochons est le cœur du péché et de la saleté. Tant de jeunes hommes et femmes que je connais personnellement, qui ont détruit leur vie au nom de la liberté. Abusé. Abusé de leur corps, abusé de leur âme, abusé de leur esprit, abusé de l’identité même de ce qui fait d’eux un être humain pour le bien qu’ils veulent laisser libre leur propre chemin, pas celui de Dieu. Ils ont fini par prendre de la drogue, de l’alcool, du matérialisme et des convoitises du monde, et tous ont fini comme ce fils prodigue dans le champ du cochon. Le cochon aime la saleté. Si vous lavez le cochon proprement, si vous lui donnez un bain, il le déteste. Le cochon n’aime pas la propreté. Il aime la saleté. Et tant de gens de notre époque et de notre temps aiment plus la saleté que la pureté et la sainteté au nom de la liberté.

Mais Dieu le fils, Jésus-Christ, le Bon Pasteur à la recherche de la brebis perdue, l’a ramenée au bercail. Le Saint-Esprit a habité en nous par le Saint Baptême, l’un des sept sacrements de la véritable Église du Christ. Qu’est devenue la pièce de monnaie?

Dans la Maison du Seigneur, nous dévions encore de la route. Nous parvenons toujours à glisser. Mais le Saint-Esprit qui habite en nous cherche notre âme perdue et nous ramène à nouveau. Puis cette pièce est devenue un fils, et le fils a choisi de faire les choses à sa manière, pas selon le Père qui est au paradis. Et il s’est retrouvé à Kings Cross et au Star City Casino à Las Vegas, et dans ces ruelles sombres de cette ville, traitant de la drogue, de l’alcoolisme, nommez-les, nommez-les, mon cher ami. Mais vous savez, chacun de nous (…) Il faut une pause de Dieu pour que nous nous réveillions. Chacun de nous, il nous faut être brisé par Dieu afin de réaliser nos erreurs et nos fautes. Il est si difficile pour la nature humaine de revenir avec facilité. Dieu nous appelle tout le temps à la repentance. Dieu nous appelle tout le temps à la vie de sainteté et de pureté. Dieu nous appelle tout le temps à entrer dans la lumière, dans sa sainte présence et vivre avec lui dans une paix et une perfection absolues pour toujours. Mais nous choisissons de faire la sourde oreille à la voix de Dieu. Et jusqu’à ce que Dieu n’ait pas d’autre choix que de nous briser, alors nous nous réveillons à nous-mêmes et nous nous retournons et disons : « Dieu, aie pitié de moi. J’ai péché devant toi et le ciel. Je ne suis pas digne d’être appelé ton fils, mais fais de moi comme un de ces serviteurs embauchés dans ta maison ». Incroyable à quel point la nature humaine est. Elle ne veut pas apprendre la manière facile, elle n’apprend qu’à la dure. Incroyable. Pourquoi n’écoutons-nous pas avec un mot gentil ? Pourquoi laissons-nous nos parents prendre des mesures drastiques pour nous réveiller à nos propres erreurs stupides ?

Retour du fils prodigue, par Pompeo Batoni.
Retour du fils prodigue

La nature humaine, ou devrais-je dire, la chute de la nature humaine est si têtue, si têtue. Mais regardez ceci (et c’est un conseil à tous ceux qui regardent et écoutent). Dans le récit de ce père ayant les deux fils, nous voyons le fils cadet choisir de s’éloigner de son père et de vivre à sa manière. En ce qui concerne le fils aîné, il n’y a pas beaucoup de détails, mais vers la fin du chapitre 15 de l’Évangile de Saint Luc, lorsque le plus jeune fils revint de sa vie de péché, de sa vie détruite, de sa soif de vivre, il revint à la raison et dit : « Je vais retourner chez mon père » et il a dit : « S’il vous plaît, papa, pardonne-moi ». Lorsque le père a accepté le fils, il a organisé un immense banquet. C’était une fête. Il a appelé tout le monde à la fête parce que le père était si joyeux, ce papa était si heureux. Il ne pouvait pas croire… Pourtant, il sait que son fils va revenir, mais de cette joie et de ce bonheur, il a organisé un banquet gigantesque.

Il fit un grand festin et dit : « Mon fils était mort. Et maintenant il vit. Mon fils était perdu, et maintenant il est retrouvé. » (Luc 15:32) Lorsque le fils aîné revint, travaillant dans les champs pour son père, se rapprochant de la maison il y eut une musique forte et beaucoup de voix de gens qui parlent, applaudissent et chantent. Alors il appelle à lui l’un des serviteurs du père et dit : « Que se passe-t-il dans la maison de mon père ? » Ce serviteur lui dit : « Ton frère est de retour, et, parce qu’il l’a retrouvé en bonne santé, ton père a tué le veau gras. » Le fils aîné a été offensé et bouleversé par son père. Le père est sorti pour parler à son fils aîné. Le père sort et dit : « Mon fils, s’il te plaît, entre et rejoins-moi avec ma joie et mon bonheur ». Le fils a refusé de partager et de participer à la joie et au bonheur de son père. Le fils aîné a refusé. Il retourne et dit à son père : «  Voici, il y a tant d’années que je te sers, sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour que je me réjouisse avec mes amis. Et quand ton fils est arrivé (il ne l’a pas appelé frère), celui qui a mangé ton bien avec des prostituées, c’est pour lui que tu as tué le veau gras! » (Luc 15:27-30)

Pourtant, ton fils a détruit toute votre richesse. Il l’a mis dans une saleté absolue et a tout ruiné, ruiné votre réputation, ruiné votre nom, marqué votre nom. Et maintenant il revient et vous organisez un énorme banquet. Vous avez tué le furet pour lui. Pourtant moi, vous ne m’avez même pas donné une toute petite chèvre. Mais pour ton fils pécheur, tu as tué un veau gras. Le père répondit : « Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi, et tout ce que j’ai est à toi; mais il fallait bien s’égayer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et qu’il est revenu à la vie, parce qu’il était perdu et qu’il est retrouvé. » La sainte Bible ne mentionne jamais que le fils aîné est entré dans la maison et qu’il a rejoint le bonheur et la joie de son père… elle ne le mentionne jamais. Une leçon pour nous tous.

Que vous ayez un frère plus jeune, que vous veniez tous les deux du ventre de votre mère ou que vous ayez un frère plus jeune dans la foi chrétienne, qu’il soit votre propre frère issu du ventre d’une mère ou votre frère dans le christianisme et votre foi. Dans les deux cas, ne soyez jamais égoïste. Ne soyez jamais égoïste. D’un point de vue social je veux dire. Je ne vais pas parler du point de vue spirituel. Non pas du point de vue biblique, mais du point de vue social et éclairer ce récit sur un point social auquel nous devons prêter attention dans notre vie.

Quand ce jeune frère s’est égaré, vous savez pourquoi le frère aîné n’est jamais allé le chercher. Psychologiquement, nous pouvons apprendre quelque chose ici. On dirait que le frère aîné a toujours voulu être vu sur la photo. Seul… seul… personne d’autre pour partager la photo avec lui. Personne d’autre pour partager la gloire avec lui. Personne d’autre pour partager le mérite avec lui. Il voulait être seul. Alors comme ça, son père lui donne le crédit. Son père fait son éloge, et les gens lui accordent également tout le mérite et reconnaissent qu’il est le grand fils et un bel exemple pour que chaque fils marchant de cette manière particulière. Il était égoïste. Le fils aîné voulait recevoir toute la gloire pour lui-même, et c’est pourquoi il avait l’air d’être heureux que son jeune frère soit perdu. Il était très heureux parce qu’il a dit : « Dieu merci, mon frère est parti. Je suis le seul que l’on voit sur la photo, mon Dieu ». Il s’est avéré que même si ce fils aîné était toujours obéissant à son père, travaillait toujours pour son père, écoutait toujours son père, il s’est avéré qu’il faisait tout cela pour son propre bénéfice, pas pour son père. Mon Dieu, combien y en a-t-il dans l’Église qui ressemblent au frère aîné, et non pas au plus jeune ? Mon Dieu. Combien ?

Il y a tellement de dirigeants d’église qui sont le frère aîné. Pourtant, lorsque vous lisez la parabole, la faute en revient entièrement au jeune frère, pas à l’ancien. Quand vous lisez la parabole, vous voyez que le frère cadet était le méchant, le frère cadet était celui qui était illégal pour son père, le frère cadet était celui qui était si désobéissant, mais il s’est avéré que le frère aîné était dans un endroit beaucoup plus dangereux que le plus jeune. Parce que, quand quelqu’un que vous connaissez avec certitude est un pécheur, c’est très facile à détecter. Mais quand des personnes prétendent vivre une vie de sainteté, mais qu’à l’intérieur d’eux ils sont les plus grands pécheurs, voilà le danger.

C’est le danger mes bien-aimés. Quand nous revêtons à l’extérieur la tenue d’un agneau, mais à l’intérieur nous sommes des loups vicieux. C’est le danger. Donc ce fils aîné, la seule raison pour laquelle il est resté avec son père, c’est qu’à travers cela il était glorifié. Donc sur le compte du père, j’obtiens tout le mérite. Eh bien comment? Il y en a tellement (je ne vais pas dire tellement, je retire ces mots parce que je prie pour que ce ne soit pas vrai). Il y a des chefs d’église qui restent dans la maison de leur père, parce que, aussi longtemps qu’ils restent dans la maison du père, les gens les adorent, les gens font des vœux devant eux, les gens les reconnaissent, les gens les glorifient, les gens disent des choses merveilleuses à leur sujet, les gens leur baisent les mains, les gens leur obéissent. Ils obtiennent toute la gloire. Tout le mérite leur revient, car « tant que je suis dans la maison de mon père et que personne ne conteste ma position, je vis absolument comme un roi. Pourquoi perdrais-je tout cela ? Pourquoi ? »

Alors ils sont restés dans la maison du père parce qu’ils s’aimaient eux-mêmes, pas leur père. Caïphe, le grand prêtre, s’aimait lui-même, pas le chemin, pas Dieu. Il y a tellement d’églises. Il y a des chefs d’église. Ils restent dans cette tenue car cette tenue leur apporte la célébrité et la gloire. Si cette tenue devait leur apporter (…) Si cette tenue devait leur apporter de la honte, du rejet, de l’affliction, de la répression et être jetés dehors, ils ne seraient pas restés. Ils ne seraient pas restés dans cette tenue. Ils ne l’auraient pas fait. C’est tellement dangereux d’être le frère aîné. Je choisirai d’être le frère cadet à tout moment sans hésitation, je choisirai d’être le fils cadet à tout moment sans hésitation. Et je supplie le Seigneur de ne pas faire de moi le frère aîné parce que le frère aîné est le plus dangereux de tous. Seigneur, ne me laisse pas être égoïste. Seigneur, ne me laisse pas m’aimer moi-même. Seigneur, ne me laisse pas être égocentrique. Seigneur, ne me laisse pas chercher ma propre fausse gloire. Je veux être le plus jeune fils. Je veux dire d’une voix forte : « Père, pardonne-moi car j’ai péché devant toi au ciel. Je ne suis pas digne d’être appelé ton fils, mais fais de moi l’un de tes serviteurs dans toute ta maison. Je veux être le fils cadet, pas l’aîné. »

Honte à tout chrétien qui cherche sa gloire, pas celle du Christ. Honte à tout chrétien qui cherche sa gloire, pas celle du Christ. Parce que lorsque vous recherchez votre propre gloire, vous ne partagerez jamais le bonheur et la joie de votre père. Vous ne voulez pas voir votre père heureux. Vous voulez vous voir heureux. Et c’est pourquoi vous avez prié pour que votre jeune frère ne revienne plus jamais sur la photo. Honte à de tels chrétiens.

Saint Paul dit : « Comment ne pas être englouti de l’intérieur quand je vois un petit dans la foi tomber dans ce feu, je vais arracher cette personne du feu. Je ne me reposerai jamais jusqu’à ce que je ramène mon frère au Christ, mon père céleste. Je ne me reposerai jamais, » La seule raison… la seule raison pour laquelle le monde se détruit et se détruira dans un avenir très proche est à cause de l’égoïsme. Égoïsme [Point]. C’est la seule raison. La principale raison pour laquelle il y a eu division dans l’Église du Christ, la principale raison… Je ne vais pas dire la seule raison, mais la principale raison pour laquelle l’Église de notre Seigneur Jésus-Christ a été divisée était à cause de l’égoïsme. Parce que chaque dirigeant d’église cherche son propre trône, sa propre gloire… pas celle du Christ. Nous sommes devenus le frère aîné. C’est pourquoi l’Église s’est divisée, parce que tout le monde a dit : « Personne, je ne laisserai personne partager mon trône. Arrachez-les et jetez-les ». C’est pourquoi vous voyez des leaders, des chefs religieux s’opposer les uns aux autres. Parce qu’ils veulent la gloire pour eux-mêmes, le trône pour eux-mêmes, l’empire pour eux-mêmes. C’est très triste. Très triste.

Lorsque vous voyez quelqu’un s’éloigner du Seigneur, sortez et ramenez-le au Seigneur. Lorsque vous entendez parler d’une situation, priez pour cette situation, pour que le Seigneur Jésus la répare. Ne soyez pas égoïste, mon cher ami. Ne soit pas égoïste.

Ce qui se passe à notre époque est un égoïsme absolu. Les riches veulent être plus riches, donc « pour devenir plus riche, je vais détruire la race humaine. Je ferai mourir de faim chaque être humain. Je ferai tomber chaque être humain. Je commencerai à frapper les gens et à les tuer pour que je devienne plus riche ». Honte à toi. Honte. Une personne égoïste et ignorante ne fera que se détruire elle-même à la fin. Tu es une bombe à retardement, mon cher ami, quand tu es égoïste. Vous êtes comme une bombe à retardement à chaque minute où vous exploserez et vous vous détruirez par vous-même, et toute votre richesse, et toute votre renommée, et tout votre style de vie prestigieux, et toutes les gloires que vous avez acquises pour vous-même. À la fin, ils reviendront vous hanter et vous étoufferont. Réveillez-vous, réveillez les gens avant qu’il ne soit trop tard. Réveillez-vous.

Je me demande, y a-t-il quelqu’un qui a encore une conscience qui vit encore ? Avons-nous simplement fermé notre conscience ? Tout à coup. Nous voyons et nous savons que ce qui se passe à notre époque est un mal absolu. Pourtant, nous parlons autrement comme s’il n’y avait rien de mal. Pourtant, nous savons que c’est le mal. Génération égoïste, tu te détruiras par toi-même.

Je vous laisse avec ça.

Le Seigneur Dieu a tout créé en six jours. Eh bien, en fait, même si ce n’est pas notre sujet, il a tout créé en trois jours à partir de rien. Ce que Dieu a créé au cours des trois premiers jours, il l’a créé à partir de rien. Les trois jours suivants, il remplissait ce qu’il avait créé dans les trois jours précédents. Alors Dieu a tout créé en six jours. Le premier jour, Dieu l’a qualifié de bon. Le troisième jour, Dieu l’a qualifié de bon deux fois. Le quatrième jour, Dieu l’a qualifié de bon. Le cinquième jour, Dieu l’a qualifié de bon. Le sixième jour, Dieu l’a qualifié de très bon. Tu sais pourquoi ? Car au sixième jour, Adam a été créé fils de Dieu, selon son image et à sa ressemblance. Puisque Adam était le fils de Dieu, donc ce jour-là, le sixième jour était très bon pour Dieu parce qu’il a dit : « Mon fils est créé ce jour-là ». Mais le deuxième jour, Dieu ne l’a pas nommé, ni bon ni mauvais. Il ne l’a pas nommé. Tu sais pourquoi ? Parce que le deuxième jour, le Seigneur Dieu a dit : « Qu’il y ait une étendue entre les eaux, et qu’elle sépare les eaux d’avec les eaux. Et Dieu fit l’étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue. » (Genèse 1:6-7) Au-dessous du firmament, Il les a appelés océans et mers. Il y avait donc de l’eau au-dessus et il y avait de l’eau en dessous. Lorsque vous lisez la sainte Bible, vous devez prendre la sainte Bible,— la terminologie et la langue —, qu’elle était destinée à être écrite et donnée à la race humaine. La Sainte Bible est un livre spirituel salvifique. Ce n’est pas un livre scientifique, géographique, historique. C’est un livre salvifique, un livre spirituel de Dieu le tout-puissant à toute la race humaine sans aucune différenciation.

Donc, quand vous regardez le deuxième jour spirituellement, bibliquement parlant, pourquoi le Seigneur Dieu ne l’a-t-il pas nommé, ni bon ni mauvais ? Parce que le deuxième jour, il y avait de l’eau au-dessus du firmament et il y avait de l’eau sous ou en dessous du firmament. Ci-dessus et ci-dessous. Spirituellement parlant, au-dessus du maître au-dessous de l’esclave. Dieu a dit le jour qui vient. (…) Votre attention s’il vous plaît. (…) Dieu a dit que le jour qui viendra où un être humain règnera sur son frère, ce jour-là sera rayé de son livre : Je ne reconnaîtrai jamais un tel jour où un être humain règnera sur un autre être humain. Dieu n’acceptera jamais qu’un être humain soit un maître et qu’il asservisse un autre être humain. Ce jour-là et les yeux de Dieu n’existeront pas.

Aujourd’hui, un tout petit nombre de personnes veulent asservir toute la race humaine. Ils pensent qu’ils sont grand, mais ouvrez les yeux et les oreilles. Vos petites âmes perdues, adorateurs sataniques. Réveillez-vous avant qu’il ne soit trop tard, car il y a un feu qui descend du ciel et ce feu vous dévorera un par un… Un par un. Vous choisissez d’être grand, Dieu vous fera petit et rien.

Vous choisissez d’asservir votre frère, Dieu s’assurera que vous êtes un esclave à la fin et vous serez un esclave de Satan parce que Satan a aveuglé si loin et si profondément votre esprit, votre âme, votre esprit, vos yeux que vous ne pouvez pas distinguer la droite de la gauche, le bon du mauvais et la lumière des ténèbres. Vous aveuglez des petites gens si faibles. Les sociétés dites secrètes. (…) Je suis désolé pour vous. Je le suis vraiment.

Ceci est un message adressé au gouvernement australien. Ceci est un message à chaque dirigeant d’église. Malheur à vous lorsque vous choisissez d’être le frère aîné, pas le plus jeune. Malheur à vous. Au gouvernement australien, de la position la plus élevée à la plus basse. Laisse-moi te dire. Et je le dis par amour en tant que chrétien, mon Jésus m’a toujours appris à aimer tout le monde et à prier pour tout le monde, mais mon Jésus m’a dit de dire la vérité. Nous devons nous repentir et arrêter cette mauvaise action. Cette pandémie est délibérée. Cette pandémie était planifiée depuis longtemps. Arrêtez de vous mentir parce que vous ne pouvez pas mentir au Dieu tout-puissant. Et si, en tant que politicien ou en tant que chef d’église, vous pensez être chrétien (je parle à ceux qui sont chrétiens et dans le domaine politique et dans le domaine religieux), si vous pensez être chrétien, alors rassurez-vous, rassurez-vous, rassurez-vous, Jésus regarde et voit tout. Vous ne pouvez pas mentir à Jésus. Si vous pensez que vous êtes un politicien chrétien et que vous savez très bien ce qui se passe, ce n’est rien d’autre qu’une action malveillante délibérée de la part des sociétés secrètes. Pourtant, vous allez de l’avant et vous l’approuvez et vous le mettez en œuvre et vous le forcez. Vous apportez plus de force, de police, d’armée pour vous assurer que ces zones respectent les confinements. Alors vous êtes un traître et vous êtes Judas Iscariot parce que vous avez vendu votre maître Jésus, vous l’avez vendu.

Et si vous pensez (je vous donne le bénéfice du doute, mes chers politiciens et chefs d’église, si vous pensez), si vous pensez que dans la position que vous occupez, vous ne pouvez rien faire parce qu’il y a tellement de force qui vous oblige à faire ce que vous devez faire. Et vous regardez autour de vous et vous dites : « Je ne peux rien changer. Je ne peux rien arrêter ». J’accepterai que vous êtes un vrai chrétien si vous démissionnez de ce poste. Présentez votre démission et dites : « Je ne peux pas gérer cette situation. Par conséquent, je ne suis pas qualifié pour être Premier ministre. Je ne suis pas qualifié pour être ministre d’aucune région et instances gouvernementales. Je ne suis pas qualifié pour être un leader dans le secteur religieux que je dessers. Je démissionne aujourd’hui et je laisserai le soin à quelqu’un qui est plus qualifié que moi ». Alors je m’inclinerai et je lèverai mon chapeau pour toi et avec respect. Mais quelques-uns approuvent encore le mal, acceptent le mal. Pourtant, vous revenez et dites que vous êtes chrétien. Alors je vous dis avec la plus grande tristesse : « Vous avez perdu votre respect pour moi. Vous l’avez perdu. Vous avez perdu mon respect pour vous. Vous l’avez perdu. »

Le jour qui vient où un être humain asservit un autre être humain comme lui, égal à lui. Nous sommes tous frères. Le jour où un être humain asservit son propre frère pour ses intentions et avantages personnels et égoïstes, ce jour n’existe pas aux yeux de Dieu tout-puissant… il n’existe pas. Dieu n’approuvera jamais un tel jour. Il apportera sa colère sur cette génération si rapidement et si puissamment. Si vous ne pouvez pas naviguer sur le navire en tant que capitaine, démissionnez. Alors vous aurez mon respect. Mais n’agissez pas comme s’il n’y avait rien de mal. Pourtant, vous le savez très bien, tout se passe mal.

Je prie. Je ne mets pas mon espoir et ma confiance dans les gens parce que les gens ne livrent jamais. Ils font tellement de promesses, mais ils échouent toujours. Mais je mets toute mon espérance et ma confiance en un seul Dieu, le vrai Dieu divin, Jésus-Christ de Nazareth, toute gloire à son saint nom. Seigneur, je t’en supplie, je t’en supplie, j’adore ton saint nom. Père, par le sang précieux de ton fils bien-aimé Jésus-Christ qui a été versé au Calvaire.

Et un conseil à Israël. Peuple d’Israël, que vous soyez juif ou palestinien, vous ne trouverez jamais la paix. Vous n’accomplirez jamais la paix. Vous ne vivrez jamais la paix jusqu’à ce que vous reconnaissiez que le fils qui a été crucifié sur cette colline appelée Calvaire était Jésus-Christ de Nazareth. Jusqu’au jour où la plupart des Juifs et des Musulmans reconnaîtront que Jésus a été crucifié au Calvaire, il n’y aura pas de paix en Israël. [Point. Point. Point.] Parce que celui qui donne la paix est Jésus de Nazareth. Personne d’autre, personne d’autre, personne d’autre. Les Juifs niaient son existence. Les musulmans ont dit qu’il n’a pas été crucifié. Mais Dieu, le père dit : « Mon fils a été crucifié sur le Golgotha, sur le Calvaire ». Jusqu’à ce jour, toute la race humaine, le monde entier, que vous soyez croyant, quelle que soit la religion que vous recherchez et à laquelle vous croyez, que vous soyez athée, la seule fois où vous trouverez la paix intérieure est lorsque vous reconnaissez Jésus-Christ dans votre la vie. C’est la seule façon. Et jusqu’à ce que le monde revienne au Seigneur Jésus, il n’y a pas de paix. Regardez le monde. Comportement enfantin absolu. Petits enfants jouant avec le feu. Ces petits enfants qui jouent avec le feu, ils vont se brûler et se blesser.

Mon Dieu. Mon Dieu. Mon Dieu. Mon Dieu.

Comment allons-nous échapper à la colère de Dieu alors que nous avons tué tant d’innocents, alors que nous avons détruit tant de familles ? Vous sociétés secrètes, vous n’échapperez pas à la colère de Dieu. Oh mon Dieu, que vous arrivera-t-il et à vos familles ? Pensez-vous que vous pouvez mariner les familles et préserver vos propres familles ? Vous vous trompez. Satan s’est moqué de vous.

Présidents, rois, premiers ministres et chefs d’église, le temps est très proche. Jésus-Christ est extrêmement en colère. Jésus-Christ vient avec le feu devant lui et vous dévorera si vous ne vous repentez pas. Si vous êtes un président ou un roi ou un premier ministre ou un dirigeant et que vous voyez que vous ne pouvez pas faire de changement, et que vous voyez que vous ne pouvez pas dire la vérité, alors respectez-vous et démissionnez de ce poste. Démissionnez. Car tu seras alors le frère cadet, et non le frère aîné. Le frère cadet a été sauvé et délivré car il était repentant, mais le frère aîné, nous ne le savons pas. Il a dû être perdu. Il ne voulait pas se joindre au bonheur et à la joie de son père. Et tu sais ce qu’il a dit à son père ? Il a dit : « Tu ne m’as pas donné tout ce temps. J’ai travaillé pour toi. Je t’ai été fidèle. Tu ne m’as même pas donné un bouc pour m’amuser avec mes amis ». Savez-vous ce qui est dit d’un bouc dans la Bible ? Quand vous lisez dans l’évangile de Matthieu 25, le Seigneur Jésus dit quand le fils de l’homme reviendra, « il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche ». Le péché de la main gauche, la sainteté de la main droite. L’obscurité à gauche, la lumière à droite. La mort de la main gauche, la vie éternelle de la main droite. Le bouc, dit-il à son père. « Tu ne m’as même pas donné de chèvre pour aller m’amuser avec mes amis ». Mon Dieu, nous avons vécu dans la maison de notre père pour nos propres bénéfices, plaisirs et trésors. Rien à voir avec Dieu, le père. Nous n’avions aucun amour pour notre père céleste. Si nous avions eu de l’amour pour lui, nous n’aurions pas fait ce que nous faisons aujourd’hui. Nous ne l’aurions pas fait.

Dirigeants égoïstes, génération égoïste, 21ème siècle égoïste, égoïste, vous vous détruirez par vous-même. Qu’est-ce que cela profite à un homme s’il gagne le monde entier mais qu’à la fin il se perd ? Alors qu’est-ce que tu sois Premier ministre ? Alors qu’est-ce que tu sois président ? Alors qu’est-ce que tu sois un roi ? Alors qu’est-ce que vous soyez un chef d’église ? Et alors ? Si vous n’avez pas Jésus, vous n’êtes rien. Rien. Arrêtez d’asservir les gens. Assez de confinements, c’est de l’esclavage. Et assez de soi-disant corona. Il peut être traité facilement avec des médicaments éprouvés et testés, contre de soi-disant vaccins expérimentaux faits par de mauvaises intentions.

Laissez Bill Gates sauter avec. Laissez les Rockefeller sauter avec. Laissez les Rothschild sauter avec. Laissez Klaus Schwab sauter avec. Laissez George Soros sauter avec. Assez de bêtise. Assez. Honte à une telle génération, honte. Si vous ne revenez pas de cette mauvaise action, vous ne trouverez pas de miséricorde à la fin. Et je peux vous assurer, je m’en fiche si vous êtes chrétien ou non, avec tout l’amour et le respect lorsque votre esprit quitte le corps . Mon cher ami, laissez-moi vous dire que j’y ai été. Je l’ai fait. Je l’ai vu. Je sais cela. Lorsque l’esprit quitte le corps, Jésus est le seul. Vous dites qu’il n’y a pas de Dieu. Pas de chance, vous aurez le choc de votre vie. Quand tu vois Jésus, le Dieu unique, t’appeler à lui et te dire : « Viens ici, rends compte, dis-moi, qu’as-tu fait ? » Qu’allez-vous faire alors Monsieur le Premier Ministre ? Qu’allez-vous faire alors, Monsieur le Président ? Qu’allez-vous faire alors M. le Roi ? Qu’allez-vous faire alors M. le Pape et l’archevêque portoricain, les évêques et les prêtres ? Qu’est ce que tu vas faire ? Cela ne vous sauvera pas. C’est le cœur. Lorsque vous donnez votre cœur au Christ, lorsque vous mettez votre tête sous son pied, cela vous sauvera. Lorsque vous revenez en tant que fils prodigue et dites : « Père, j’ai péché devant toi et le ciel, je ne suis pas digne d’être appelé ton fils. Fais de moi comme un serviteur dans ta maison ». Cela vous sauvera, mon cher ami.

Y a-t-il encore une conscience qui habite les gens ? Y a-t-il quelqu’un qui a une conscience ou l’avez-vous tous tuée ? Aujourd’hui nous vivons le deuxième jour et la création. Eau dessus et eau dessous. Certaines personnes asservissent d’autres personnes, leurs concitoyens. Honte à de telles personnes.

Je veux que le premier ministre d’Australie et le premier ministre de la Nouvelle-Galles du Sud entendent cela. Ceci est un message pour vous deux. Il y a des familles qui m’appellent. Les pères, les mères m’appellent si stressés, si tristes. Ils sont inquiets, mais ils n’ont pas le choix car leur employeur dit : « si vous ne recevez pas l’injection, vous ne pouvez pas reprendre votre travail, vous perdrez votre emploi ». Ils ont peur de perdre leur emploi car c’est le seul moyen de faire vivre et survivre leur famille. Êtes-vous sans cœur ? Êtes-vous humains ? Alors ils ne veulent pas recevoir le « vaccin », mais ils n’ont pas le choix. S’ils ne le prennent pas, l’employeur les licenciera si involontairement, avec force, qu’ils prendront ce poison.

Écoutez, si un être humain souhaite prendre ce « vaccin », qu’il en soit ainsi, mais ne l’imposez pas aux gens. Car je vous dis une chose, mes chers amis, je vous dis une chose : il y a une loi qui est au-dessus de toutes les lois de Westminster, de toutes les lois foncières, de toutes les lois. Il y a une loi au-dessus de toutes les lois. C’est la loi naturelle. La loi naturelle m’a été donnée par mon créateur. Gouvernement, ouvrez vos oreilles et vos yeux. Vous ne m’avez pas créé. C’est Jésus-Christ qui m’a créé. Il est le seul qui peut me forcer à faire des choses, pas vous.

Les gouvernements ont été mis sur Terre par Dieu, Jésus-Christ, afin de protéger et de préserver mes droits, de ne pas m’imposer de mauvaises actions au nom de « Nous sommes préoccupés par votre sécurité ». Écoutez, ne le soyez pas. Je suis heureux comme je suis. Pouvez-vous s’il vous plaît me laisser tranquille ? Allez vivre votre vie et laissez-moi vivre ma vie comme Jésus veut que je la vive.

Cette loi naturelle, vous n’avez aucun droit sur elle car vous ne m’avez pas créé, le gouvernement. C’est Jésus qui m’a créé. Dieu. Cette loi est au-dessus de vous et au-dessus des francs-maçons. Oui. Monsieur le premier ministre et tous les premiers ministres. Et chaque politicien et chaque dirigeant d’église. Cette loi surpasse toutes les lois, régit toutes les lois. Alors je demande au Seigneur : « Réparez cette génération aveugle, ce monde aveugle, réparez-le, Père. Réparez votre Église, Père. Si je suis le numéro un. Indigne d’être ici, branchez-moi et jetez-moi, enfer, Père. Je serai très heureux. Car votre nom doit être glorifié, Père, il doit toujours être glorifié, toujours Père. Laissez-moi aller en enfer tant que Jésus est glorifié. Laissez-moi aller en enfer, et alors ! on s’en fout ? Tant que Jésus est heureux, c’est ce qui compte. »

Arrêtez de forcer les gens à se faire vacciner à cause des mesures de sécurité. Achetez-vous une vie. Vos soi-disant kits de test PCR sont une fraude. Vos statistiques sont une fraude. L’Organisation mondiale de la santé est une fraude et Anthony Fauci est la fraude. Y a-t-il quelqu’un parmi vous qui soit un homme pour se lever et dire la vérité, même s’il faut qu’il soit expulsé ? Y en a-t-il ? Êtes-vous tous des lâches ? L’argent vous a-t-il aveuglé ? Vous êtes égoïstes comme le fils aîné. Je veux être le fils cadet, pas l’aîné. Père, je suis le fils prodigue. Je viens aujourd’hui en disant : « Père, pardonne-moi car j’ai péché devant toi et le ciel. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Fais de moi un serviteur dans ta maison ».

Inclinons la tête et demandez pardon au Seigneur des Seigneurs et Roi des Rois, Jésus-Christ de Nazareth. Demandez pardon. Je prie, Seigneur, que vous touchiez le cœur de chaque premier ministre, chaque ministre, chaque président et chaque roi sur la face de cette planète. Je te demande, Seigneur Jésus, de toucher leur cœur pour leur faire comprendre que ce qu’ils font n’est absolument ni naturel, ni normal, ni selon ta propre volonté. Le Seigneur Jésus a-t-il touché leur cœur pour qu’ils sortent et parlent une fois dans leur vie ? Parlez dans la lumière pour être les enfants de la lumière. Pour dire la vérité et dire aux gens, « choisissez ce que vous voulez. Mais tant que vous prenez ces — vous savez — ces mesures de précautions pour protéger votre vie ». Merci beaucoup. Je vais prendre ma vitamine B, C, D et tous les alphabets. Je vais prendre mes vitamines. Laisse-moi seul. Je veux vivre ma vie comme Jésus l’a voulu, pas votre gouvernement.

Inclinons la tête.

Le nom du père et du fils et du Saint-Esprit, un seul Dieu, Amen. Notre Dieu bon et plein de miséricorde, notre Dieu bon et plein de miséricorde dont la grâce et la miséricorde se déversent sur tous. Versez mon seigneur, la compassion de la plénitude des délices de votre amour sur vos serviteurs. Et encore une fois, transformez-les dans l’espoir du renouveau en une vie de repentance. Renouvelle en eux ton esprit saint par lequel ils sont scellés pour le jour du salut. Purifie-les par ta compassion de toute souillure charnelle et spirituelle, et assure l’espérance de leur foi à l’aide de ta grâce et inculque les œuvres de leur conduite et les voies de la justice. Faites-leur plaisir avec les saints de votre royaume, par l’assurance de l’espérance de leur foi et de leur adoption comme vos enfants et dans la joie de vos mystères absolus. Donnez-leur les moyens, à l’aide de vos miséricordes, d’observer vos commandements et d’accomplir votre volonté de confesser, d’adorer et de louer votre saint nom, le Seigneur de tous. Père et Fils et Saint-Esprit pour toujours. Amen. Que Dieu vous bénisse toujours.

Un rappel, mes bien-aimés. Ce mercredi 18 août, nous remettons ces trois paniers, à nouveau des paniers d’épicerie entre 12h et 14h pour deux heures. Nous offrirons ces paniers gratuitement. Je vous exhorte donc si vous connaissez des familles qui sont vraiment en difficulté et que nous savons qu’il y en a tellement en difficulté, nous le savons. Vous savez, s’ils ne peuvent pas venir les chercher, vous viendrez les chercher et ensuite les donnerez à ces familles. Et je dirai à ces gens que j’ai dit des bêtises absolues. Ne jugez pas pour vous ou pour ne pas être jugé. Ne regardez pas qui vient ramasser ces paniers parce que vous ne pouvez pas juger d’après ce que vous voyez. Comment savez-vous que ces personnes sont venues simplement parce qu’elles sont assises dans cette voiture en particulier ? Cela veut-il dire qu’ils sont riches ? Absolument pas. Vous n’avez aucune idée du genre de vie qu’ils mènent, de la situation dans laquelle ils se trouvent, et vous n’avez aucune idée du fait que ces gens qui viennent le prendre pour des gens qui sont dans le besoin. Peut-être qu’ils ne le prennent pas pour eux-mêmes, mais ils le prennent pour des familles qui sont vraiment en difficulté. Alors, comment osons-nous encore juger ? Nous ne savons rien. Comment osons-nous ?

Je vous en prie, mes bien-aimés. Ce mercredi entre 12h et 14h. Venez récupérer ces paniers et donnez-les aux familles qui en ont grand, grand besoin. Nous faisons cela jusqu’à la fin de ce mois et nous prions pour que le Seigneur Jésus intervienne car il semble que rien ne sortira jamais de bon des gens. Nous n’allons pas attendre la bonté des gens, mais nous n’attendons rien d’autre que la bonté du bon Dieu, Jésus-Christ. Que le Seigneur ait touché le cœur des gens pour qu’ils réalisent leurs erreurs, réalisent leurs omissions et réalisent leurs péchés et reviennent et se repentent. Et je suis le plus grand pécheur de tous. Nous demandons à Jésus de nous pardonner à tous. Amen.



Anthologie2020PUB007


« Merci pour votre travail. Je vous suis depuis quelques mois. Je crois que vous êtes un des seuls qui dit la vérité. J’ai toujours eu des doutes pour ce qui est des complots du gouvernement mais là j’avoue que cette fausse pandémie confirme que mes doutes sont maintenant bien fondés. »

Eric Sarault

« Merci M. Boulianne de nous partager les fruits de vos efforts pour que nous puissions réaliser dans quel monde nous vivons. Merci infiniment. » 👍💞

Lise Duperré

« Vous êtes un bourreau de travail M. Boulianne. Félicitations. »

Gaétane Gagné