Scott Moe et Jason Kenney cosignent une lettre avec 16 gouverneurs américains demandant au gouvernement fédéral l’abandon des mandats de vaccination pour les camionneurs

VEUILLEZ PRENDRE EN NOTE : Au cas où je serais éventuellement banni du réseau Twitter (plus de 12 700 abonnés), je vous invite à vous inscrire sur la plateforme VKontakte (VK). Voici ma page personnelle (plus de 9 125 abonnés) : https://vk.com/guy.boulianne.

J'ai récemment créé un site Web miroir afin de contourner la censure éventuelle qui pourrait survenir de la part des autorités et des GAFAM. Je vous invite donc à visiter régulièrement mon « nouveau » site internet et à vous inscrire à ma nouvelle lettre d’information hébergée chez Follow.it, et ceci même si vous être déjà abonné à ma lettre d’information actuelle. >>> Lettre d’information: follow.it / Site Web: guyboulianne.info.

Les premiers ministres de l’Alberta et de la Saskatchewan ont cosigné une lettre avec 16 gouverneurs américains, exhortant les gouvernements fédéraux des deux pays à abandonner immédiatement les mandats de vaccination pour les camionneurs transfrontaliers. Les signataires de la lettre ont appelé le Premier ministre canadien Justin Trudeau et le président américain Joe Biden à rétablir immédiatement les précédentes exemptions de vaccin et de quarantaine pour les camionneurs transfrontaliers. « Nous comprenons l’importance vitale des vaccins dans la lutte contre le COVID-19 et continuons d’encourager les personnes éligibles à se faire vacciner. Cependant, nous sommes profondément préoccupés par le fait que la fin de ces exemptions a eu des effets manifestement négatifs sur la chaîne d’approvisionnement nord-américaine, le coût de la vie et l’accès aux produits essentiels pour les habitants de nos deux pays », indique la lettre signée le 16 février.

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a déclaré le 16 février dans un message sur Twitter que le mandat du vaccin est un « mauvais théâtre de santé publique » et qu’il « doit disparaître ».

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a déclaré sur Twitter que l’Amérique du Nord étant déjà confrontée à des contraintes de chaîne d’approvisionnement, ces mesures « exerceront une pression importante » sur les familles canadiennes et américaines.

Les remarques de Moe font écho à celles de la lettre, qui indiquait que le moment de la décision de mettre fin aux exemptions de vaccin et de quarantaine pour les chauffeurs routiers « n’aurait pas pu être pire », car l’Amérique du Nord est déjà confrontée à de sérieuses contraintes de chaîne d’approvisionnement.

« Ces contraintes, combinées à une inflation croissante, imposent un fardeau important aux résidents du Canada et des États-Unis », indique la lettre. « De plus, les associations de transport nous ont informés que l’absence d’exemptions forcera des milliers de chauffeurs à quitter l’industrie du camionnage, qui fait déjà face à une importante pénurie de main-d’œuvre. La suppression de ces exemptions est finalement inutile, et nous ne pouvons pas nous permettre de perdre plus de camionneurs qui transportent de la nourriture et d’autres fournitures vitales à travers la frontière. »

Le 8 février, la Saskatchewan a annoncé son intention de lever tous les mandats de vaccination contre le COVID-19 le 14 février, tandis que les règles de masquage expireront d’ici la fin du mois. L’Alberta a également mis fin à son mandat de vaccination le 8 février, tout en levant la plupart des autres restrictions de santé publique, y compris le masquage, le 1er mars.

La lettre conjointe intervient après que Trudeau a invoqué la Loi sur les mesures d’urgence le 14 février pour répondre aux manifestations en cours à Ottawa contre les mandats du gouvernement fédéral en matière de COVID-19. La loi confère aux autorités des pouvoirs supplémentaires étendus, tels que la fourniture d’outils juridiques pour couper le financement des manifestants ou le gel des comptes d’entreprise des entreprises dont les camions sont utilisés dans les blocages et la suppression de leur assurance. Les manifestations ont d’abord commencé en opposition au mandat de vaccination du gouvernement fédéral pour les camionneurs qui traversent le Canada en provenance des États-Unis, qui est entré en vigueur le 15 janvier. En vertu de ce mandat, les camionneurs canadiens doivent être entièrement vaccinés s’ils veulent éviter une quarantaine de deux semaines à son retour au Canada.

Les autorités américaines ont annoncé des exigences similaires à compter du 22 janvier pour les ressortissants non américains entrant aux États-Unis qui ne sont pas vaccinés, y compris les chauffeurs de camion non américains.

La majorité des premiers ministres canadiens — Alberta, Manitoba, Saskatchewan, Québec, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard — ont déclaré que la décision du gouvernement fédéral d’invoquer la Loi sur les mesures d’urgence est injustifiée.


► Trois premiers ministres des Maritimes déclarent que la Loi sur les mesures d’urgence est inutile, rejoignant les Prairies et le Québec dans l’opposition à la mesure

Armoiries de la Nouvelle-Écosse
Armoiries de la Nouvelle-Écosse

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse s’est joint aux dirigeants de deux autres provinces maritimes, ainsi qu’à ceux de l’Alberta, du Manitoba, de la Saskatchewan et du Québec pour s’opposer à la Loi sur les mesures d’urgence invoquée par le gouvernement fédéral.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, a interdit le blocage des autoroutes et des routes provinciales le 28 janvier et a déclaré que la province n’avait pas besoin des pouvoirs supplémentaires de la Loi sur les mesures d’urgence. La Nouvelle-Écosse a également augmenté les amendes pour les blocages le 4 février à entre 3 000 $ et 10 000 $ pour les particuliers et entre 20 000 $ et 100 000 $ pour les entreprises.

« Compte tenu de la nature des manifestations à ce jour en Nouvelle-Écosse – qui ont généralement été pacifiques et conformes à la loi, ainsi que nos deux directives du gouvernement provincial – qui ont établi des amendes importantes pour renforcer le message que la Nouvelle-Écosse ne tolérera pas les blocages, nous n’avons pas besoin que le gouvernement fédéral promulgue la Loi sur les mesures d’urgence en Nouvelle-Écosse en ce moment », a déclaré le premier ministre à CBC News dans un communiqué.

Avant que Trudeau ait invoqué la Loi sur les mesures d’urgence, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a déclaré aux journalistes que le premier ministre avait discuté de la décision avec les premiers ministres et demandé leur avis sur les mesures supplémentaires nécessaires. « Je ne pense pas que ce soit nécessaire pour le Nouveau-Brunswick », a déclaré Higgs le 14 février. « Nous avons mis en place les mesures qui ont permis à la police de faire ce qu’elle devait faire pour les manifestations que nous avons eues ici. Et je pense que cela a fonctionné très efficacement. »

Le commentaire de Higgs est repris par le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, Dennis King, qui a déclaré que la province n’avait pas besoin des pouvoirs de la Loi sur les mesures d’urgence, bien qu’il respecte la décision du gouvernement fédéral. « J’ai dit au premier ministre et à mes collègues que même si la loi sur les mesures d’urgence n’était pas requise pour le moment pour l’Île-du-Prince-Édouard, je respecte la décision de fournir une aide supplémentaire aux provinces qui en ont besoin », a déclaré King dans un communiqué publié le 14 février. Les premiers ministres de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba et du Québec ont également déclaré qu’ils n’appuyaient pas l’utilisation de la loi par le premier ministre. Terre-Neuve-et-Labrador est la seule juridiction du Canada atlantique qui a exprimé son soutien à la décision d’Ottawa d’invoquer la loi.

« Comme je l’ai dit au Premier ministre Justin Trudeau aujourd’hui, je soutiens notre gouvernement fédéral en invoquant la Loi sur les mesures d’urgence telle qu’énoncée — avec un délai et pour renforcer la réponse — pour faire face aux comportements inacceptables dans les blocages dans notre pays, portant atteinte aux droits des Canadiens respectueux des lois », a déclaré le premier ministre de Terre-Neuve, Andrew Furey, dans un message sur Twitter le 14 février. Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, a également exprimé son soutien à la déclaration fédérale sur la Loi sur les mesures d’urgence.

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a d’abord approuvé la décision fédérale d’invoquer la loi, mais le 15 février, il a appelé le gouvernement fédéral à faire un usage « ciblé » des pouvoirs spéciaux qu’il accordait. « J’ai clairement indiqué au Premier ministre que tout pouvoir spécial doit être extrêmement ciblé, utilisé uniquement le temps nécessaire pour résoudre la situation et pas une minute de plus », a déclaré Ford lors d’une conférence de presse à Hamilton.

Au cours des dernières semaines, plusieurs provinces ont annoncé leur intention de lever leurs mandats de passeport de vaccins et d’autres mesures. L’Alberta a mis fin à son mandat de vaccination à minuit le 8 février, tandis que la plupart des autres restrictions sanitaires de la province, y compris le masquage, seront levées le 1er mars. Le gouvernement de la Saskatchewan a déclaré la semaine dernière qu’il lèverait son programme de vaccination obligatoire le 14 février et mettrait fin à son exigence de masques à l’intérieur d’ici le 1er mars. Le Manitoba prévoit de mettre fin à toutes ses commandes COVID-19, y compris les exigences de preuve de vaccination et le mandat de masque, d’ici le 15 mars. L’Ontario lèvera toutes les limites de capacité et les exigences de preuve de vaccination contre la COVID-19 le 1er mars.

SOURCES :


« Merci pour tout ce bon travail de recherche, d’analyse et de rédaction. C’est malheureux de voir que les journalistes ne font plus leur travail et que vous êtes l’un des seuls à vous dévouer pour nous. »

Stephane Quesnel

« M. Boulianne, Merci de nous tenir informé et merci pour l’excellent travail que vous faites. »

Paule

« Tu fais un excellent travail, je suis très impressionnée par toutes tes recherches. Ceux qui te critiquent ne font rien d’autres que critiquer. Ils ne valent même pas la peine que l’on parle d’eux. »

Marie Claire Tellier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s