Deux organisateurs du « Convoi de la liberté », Tamara Lich et Chris Barber, arrêtés dans le cadre d’une campagne pour renverser le blocus

VEUILLEZ PRENDRE EN NOTE : Au cas où je serais éventuellement banni du réseau Twitter (plus de 12 800 abonnés), je vous invite à vous inscrire sur la plateforme VKontakte (VK). Voici ma page personnelle (plus de 9 158 abonnés) : https://vk.com/guy.boulianne.

Chris Barber et Tamara Lich, deux principaux organisateurs de la manifestation du « Convoi de la liberté » (Freedom Convoy), ont été arrêtés à Ottawa, selon des informations en ligne. Le porte-parole du convoi, Dagny Pawlak, a confirmé l’arrestation, la qualifiant de « moment sombre » dans l’histoire du Canada et « une honte pour toute démocratie libérale, mais pas une surprise ». Lich avait déclaré plus tôt jeudi qu’elle était résignée au fait qu’elle allait en prison, ajoutant que son compte bancaire personnel avait été gelé. L’arrestation est survenue quelques heures après que Lich a confirmé à La Presse canadienne qu’un autre organisateur, Chris Barber, avait également été arrêté.

Alors que le Service de police d’Ottawa a déclaré qu’il ne peut pas confirmer ou nier les arrestations tant que des accusations n’ont pas été portées, l’avocat Chris Wilson, qui a représenté les organisateurs dans des affaires antérieures, a confirmé que Barber avait été arrêté dans un tweet publié le soir du 17 février. Quelques heures après l’arrestation de Barber, le compte Twitter du Convoi de la liberté a publié une vidéo montrant l’arrestation de Lich.

Le porte-parole du convoi, Tom Marazzo, a déclaré lors d’une conférence de presse en ligne que Barber était accusé de méfait criminel. La police d’Ottawa a averti les participants plus tôt dans la journée que leur fenêtre pour quitter la ville de leur propre chef se fermait rapidement. Lors d’une conférence de presse, le chef par intérim de la police d’Ottawa, Steve Bell, a exhorté les manifestants à quitter le centre-ville. « Nous voulons mettre fin à cette manifestation illégale pacifiquement et en toute sécurité », a déclaré Bell aux journalistes. « Nous avons un plan très délibéré qui sera méthodique et nous prendra du temps pour progresser et éliminer complètement quiconque du noyau. »

La police a procédé à plusieurs autres arrestations le 17 février. Les arrestations surviennent après l’invocation par le gouvernement Trudeau de la Loi sur les mesures d’urgence le 14 février, marquant la première fois que la mesure radicale est utilisée depuis son entrée en vigueur en 1988.

Malgré les arrestations, de nombreux manifestants sont toujours à Ottawa. Les manifestations ont commencé comme une manifestation de camionneurs opposés à l’exigence du gouvernement fédéral en matière de vaccination contre le COVID-19 pour les conducteurs traversant la frontière canado-américaine, mais sont devenues un mouvement important alors que de plus en plus de personnes de tout le pays se joignaient à la cause pour supprimer tous les mandats et restrictions COVID-19. Des convois de camions et de véhicules protestataires ont convergé pour la première fois à Ottawa le 29 janvier, et de nombreuses personnes campaient près du Parlement.

Barber, un camionneur de la Saskatchewan, et Lich ont tous deux été nommés dans une poursuite intentée auprès de la Cour supérieure de justice de l’Ontario par l’avocat Paul Champ au nom de son client Zexi Li, un fonctionnaire. Le procès comprend l’organisateur du Convoi de la liberté, Benjamin Dichter. Lich a été un chef visible du convoi, voyageant de la Colombie-Britannique à Ottawa il y a trois semaines. Elle est apparue dans des conférences de presse et a publié des mises à jour vidéo régulières sur les progrès du groupe tout en avertissant à plusieurs reprises les manifestants de s’abstenir de violence. Elle a également été l’une des principales organisatrices de campagnes de financement participatif sur GoFundMe et GiveSendGo qui ont permis de collecter des millions de dollars. La campagne GoFundMe a depuis été annulée par la plateforme et les fonds de cette dernière campagne ont été gelés par un tribunal ontarien.

Lors d’une conférence de presse le 14 février, Lich a déclaré que malgré l’utilisation de la loi par le gouvernement, les manifestants resteront à Ottawa, mais ils seront pacifiques. « Nous n’avons pas peur. En fait, chaque fois que le gouvernement décide de suspendre davantage nos libertés civiles, notre détermination se renforce et l’importance de notre mission devient plus claire », a déclaré Lich. « Nous resterons pacifiques, mais plantés sur la Colline du Parlement jusqu’à ce que les mandats soient définitivement terminés. »

La police se prépare pour le quatrième week-end consécutif de manifestations, alors qu’Environnement Canada met en garde contre une tempête hivernale dans la région d’Ottawa, avec 20 à 30 centimètres de neige attendus d’ici le matin du 18 février. Bell, qui a remplacé l’ancien chef de police Peter Sloly le 15 février, à la suite de sa démission, a déclaré que les policiers de l’Ontario et du Québec avaient rejoint les agents d’Ottawa et qu’ils étaient « absolument déterminés » à mettre fin à la manifestation. « Ce week-end sera très différent des trois derniers », a-t-il déclaré.

La police a déclaré avoir établi un périmètre autour du centre-ville d’Ottawa avec plus de 100 points de contrôle pour s’assurer que seuls ceux qui travaillent et vivent dans la région, ou la police et les services d’urgence médicale seront autorisés à entrer. Seuls les Ottaviens ayant une raison « légale » de se trouver au centre-ville sont autorisés à le faire, après que la police a établi un périmètre de sécurité le jour 21 du blocus continu au milieu des signaux indiquant qu’ils se préparent à mettre fin à la manifestation qui a paralysé Ottawa.

« Du jour au lendemain et tout au long de la journée, les citoyens constatent une augmentation importante du nombre de policiers dans nos rues. Nous avons commencé à ériger des barrières et des clôtures dans tout le centre-ville », a déclaré Steve Bell, chef par intérim du Service de police d’Ottawa, dans un communiqué. « Seuls ceux qui ont des raisons légitimes d’entrer dans le centre, tels que les résidents, les entreprises et autres personnes ayant des raisons légitimes, seront autorisés dans la zone. Les manifestants illégaux doivent quitter la zone et ne seront pas autorisés à y accéder. »

La déclaration a été publiée sur le compte Twitter du Service de police d’Ottawa jeudi peu après 13 h, heure de l’Est.

Cela est venu après que Bell a déclaré lors d’une réunion de la commission des services de police d’Ottawa que la police tiendrait une conférence de presse vers 15 heures au cours de laquelle ils « aborderont en détail tous les messages, toutes les tactiques » que les résidents peuvent s’attendre à voir. « Nous savons que vous avez traversé beaucoup de choses et nous nous engageons à ramener vos rues à la normale. Nous savons que la présence policière accrue peut être pénible pour certains. Ils sont là pour assurer votre sécurité et mener à bien notre mission », a déclaré Bell dans le communiqué.

« Toutes les actions de la police sont conçues pour assurer la sécurité du public et des manifestants tout en supprimant cette manifestation illégale. » Environ 100 points de contrôle sont maintenant en place autour du centre-ville, a déclaré Bell. Il a décrit le périmètre de sécurité mis en place comme commençant à l’avenue Bronson à l’ouest et au canal Rideau à l’est, puis de l’autoroute 417 au sud jusqu’à la colline du Parlement comme point le plus au nord. « Nous ne voyons aucun problème avec la capacité de retirer des véhicules à ce stade », a déclaré Bell lors d’une conférence de presse tenue jeudi après-midi. « Ce week-end sera très différent des trois derniers week-ends. »

Des bus ont pu être vus en train de déplacer la police dans le noyau jeudi matin, et le service de police de Vancouver a confirmé qu’il avait envoyé des agents pour aider la police sur le terrain.

Les manifestants restés dans la capitale ont jusqu’à présent exprimé leur défi, certains enregistrant des avis sur les côtés de leurs camions affirmant que la police n’est pas autorisée à entrer dans les véhicules.

Les responsables des règlements locaux ont averti que tout animal de compagnie appartenant aux participants du convoi peut être saisi en cas d’application de la loi par la police, la Société d’aide à l’enfance d’Ottawa avertissant également mercredi que toute personne participant devrait avoir des plans pour la garde de ses enfants en cas de action policière. « CASO a pour mandat de protéger un enfant lorsque son parent devient indisponible pour exercer son droit de garde sur l’enfant et que le parent n’a pas pris les dispositions adéquates pour les soins et la garde de l’enfant », indique le communiqué. « Si les parents et les enfants sont séparés à la suite des efforts de la police pour mettre fin à la manifestation au centre-ville, CASO s’efforcera de réunir les familles dès que possible. »

SOURCES :


« Merci pour tout ce bon travail de recherche, d’analyse et de rédaction. C’est malheureux de voir que les journalistes ne font plus leur travail et que vous êtes l’un des seuls à vous dévouer pour nous. »

Stephane Quesnel

« M. Boulianne, Merci de nous tenir informé et merci pour l’excellent travail que vous faites. »

Paule

« Tu fais un excellent travail, je suis très impressionnée par toutes tes recherches. Ceux qui te critiquent ne font rien d’autres que critiquer. Ils ne valent même pas la peine que l’on parle d’eux. »

Marie Claire Tellier

3 réflexions au sujet de « Deux organisateurs du « Convoi de la liberté », Tamara Lich et Chris Barber, arrêtés dans le cadre d’une campagne pour renverser le blocus »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s